DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie: liberté sous contrôle judiciaire pour l'écrivaine Asli Erdogan


Turquie

Turquie: liberté sous contrôle judiciaire pour l'écrivaine Asli Erdogan

Premier jour d’audience d’Asli Erdogan et de huit journalistes travaillant pour le journal pro-kurde Ozgür Gündem. Le tribunal a décidé de libérer sous contrôle judiciaire la romancière turque, ainsi que deux de ses co-accusés, la linguiste Necmiye Alpay et Zana Bilir Kaya, ancien journaliste du quotidien Ozgür Gündem.
Ils ne sont donc pas acquittés, le procès se tiendra bien à partir du 2 janvier. Les neuf risquent toujours la prison à vie. Ils sont accusés de “propagande terroriste” et d’appartenance à une organisation terroriste, en l’occurrence, le PKK.
En détention provisoire depuis quatre mois, Asli Erdogan a été libérée en fin de journée de la prison pour femmes de Bakirköy. Présent au procès, Sezgin Tanrikulu, député d’opposition du CHP, a pris la parole à la sortie de l’audience. Sa joie est très mesurée. “Ils ont été libérés de leur prison pour aller dans une autre prison. La Turquie est une cellule aujourd’hui pour les penseurs, les écrivains. Leur libération donne tout de même un peu d’espoir. J’espère qu’en 2017 d’autres journalistes, des amis et Ahmet Sik qui a été arrêté aujourd’hui seront libérés.” En tout sur les neuf accusés, huit comparaîtront donc libres. Seul un des rédacteurs en chef du journal Ozgür Gündem est toujours en détention.

Ahmet Sik, un journaliste réputé pour ses enquêtes en Turquie a été arrêté jeudi. Il est aussi accusé de propagande terroriste pour avoir écrit un tweet.

En 2011 déjà, il avait été poursuivi par la justice et accusé de terrorisme dans le cadre du gigantesque procès Ergenekon.

Depuis le putsch raté du 15 juillet près de 40 000 personnes ont été arrêtées en Turquie. Au-delà des fidèles présumés du prédicateur Fethullah Gülen, accusé d‘être l’instigateur du putch manqué, des dizaines de journalistes ont été arrêtés et de nombreux médias fermés. Arrestations et limogeages ont également visé les milieux prokurdes ainsi que des voix critiques du pouvoir.

Crash aérien en mer Noire : "pas d'explosion à bord" (autorités russes)

Russie

Crash aérien en mer Noire : "pas d'explosion à bord" (autorités russes)