DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Elections en Irlande du Nord pour sortir de l'impasse

Des élections prévues le 2 mars en Irlande du Nord pour mettre fin à l'impasse politique causée par le départ du gouvernement des nationalistes du Sinn Fein

Vous lisez:

Elections en Irlande du Nord pour sortir de l'impasse

Taille du texte Aa Aa

Des nouvelles élections début mars en Irlande du Nord, pour mettre fin à l’impasse politique. La province semi-autonome traverse une crise depuis la démission la semaine dernière de Martin McGuinness, vice-Premier ministre catholique et figure du Sinn Fein.

Sa démission a entraîné automatiquement celle de la Première ministre Arlene Foster, issue du parti protestant DUP, car la règle veut que le gouvernement régional soit une coalition composée d’unionistes (DUP) et de nationalistes (Sinn Fein) .
“Nous ne reviendrons pas au sein des institutions, a déclaré Conor Murphy, député du Sinn Fein, tant qu’il n’y aura pas l‘égalité, le respect, tant que nous n’aurons pas mis fin à la corruption, qui y règne. Nous n’y reviendrons pas tant qu’il n’y a pas un changement fondamental de l’approche du DUP et de sa façon de partager le pouvoir.”

Les unionistes ne partagent pas l’idée de nouvelles élections, estimant que l’entêtement du Sinn Fein fragilise la province :

“L’Irlande du Nord n’a pas besoin, et les gens n’en veulent pas, d’une élection, a répondu la première ministre Arlene Foster. Avec le déclenchement de l’Article 50 pour quitter l’Union européenne, un nouveau président aux Etats-Unis, une économie mondiale volatile, l’Irlande du Nord a besoin d’un gouvernement stable, maintenant plus que jamais.”

Le Sinn Fein a claqué la porte du gouvernement pour dénoncer la mauvaise gestion de Arlene Foster sur un dossier d‘énergie renouvelable, mis en place en 2015 alors qu’elle était ministre des Entreprises. Ce programme de subventions aux entreprises pour développer les énergies renouvelables aurait été mal ficelé et aurait donné lieu à des abus d’un montant évalué à plusieurs centaines de millions de livres par les médias nord-irlandais. Il a été suspendu depuis mais les subventions vont continuer à être versées jusqu’en 2036 pour les entreprises qui ont déjà été désignées bénéficiaires.

Du côté de Londres, on craint que cette crise politique fragilise les Accords du Vendredi saint. Il y a 18 ans ils mettaient fin à trois décennies de violences en Irlande du Nord.