DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Carles Puigdemont: "Je souhaite une déclaration d'interdépendance" avec l'Espagne


Le bureau de Bruxelles

Carles Puigdemont: "Je souhaite une déclaration d'interdépendance" avec l'Espagne

La situation politique est toujours au point mort entre les autorités espagnoles et catalanes. Le président catalan a promis d’organiser au mois de septembre un référendum sur l’indépendance de cette région située au nord-est de l’Espagne. Mais la tenue de ce scrutin reste très incertaine. Le gouvernement central espagnol estime en effet que c’est à l’ensemble des citoyens de se prononcer sur cette question. En déplacement à Bruxelles le président catalan, Carles Puigdemont, s’est expliqué à Euronews sur ses attentes.
 
Carles Puigdemont :

“Ce n’est pas mon objectif pour le moment d‘être reçu par les représentants de l’Union européenne lorsque je suis à Bruxelles. Le temps viendra où je demanderai des rencontres et j’attendrai alors bien sûr, à l’instar d’autres dirigeants de régions européennes, d‘être reçu par les plus hautes autorités et de pouvoir parler librement et ouvertement de la Catalogne.”
 
Euronews :

“Est-ce que vous ne pensez pas qu’aujourd’hui les mots “référendum“ et “séparation“ font peur en Europe, dans les pays membres et dans les institutions européennes?”
 
Carles Puigdemont :

“Il faut remarquer que la première fois que la parole par référendum s’est associée à un projet contraire aux souhaits des gouvernements, c’est lorsque les citoyens se sont exprimés contre les intérêts des États.”
 
Euronews :
“Est-ce que vous seriez d’accord pour trouver une nouvelle forme de cohabitation entre la Catalogne et le reste de l’Espagne, dans le cadre d’une réforme constitutionnelle espagnole?”
 
Carles Puigdemont :

“Lorsque l’on a modifié le statut d’autonomie de la Catalogne c‘était dans le cadre constitutionnel, cela faisait partie du compromis de rester au sein de l’Espagne et d’avoir des relations plus intéressantes qu’aujourd’hui. Mais la réponse de l’Espagne, dans toutes ses interventions, est restée la même: non. L’Espagne a toujours dit non, aujourd’hui elle dit vouloir discuter. Je ne veux pas une déclaration d’indépendance, je souhaite une déclaration d’interdépendance parce qu’il faut accepter qu’au XXIe siècle les rapports entre les États doivent être fondés sur la coopération.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Le bureau de Bruxelles

La voie électorale se dégage pour Martin Schulz