DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les roux se battent pour entrer dans la famille des émojis


monde

Les roux se battent pour entrer dans la famille des émojis

Des blonds et des bruns et même des chats, des pommes …mais pas de roux ! Si le « catalogue » des emojis, ces petits pictogrammes rigolos que nous utilisons tous sur nos portables, est vaste, il n’existe effectivement pas de symbole pour représenter les roux. Des pétitions en ligne ont été lancées pour dénoncer cet oubli. Et à force de mobilisation, l’espoir est permis.

Cette semaine, des réunions entre le consortium Unicode et des acteurs de l’industrie numérique se tiennent dans les locaux d’Apple à Cupertino, en Californie. L’entrée des roux dans la famille des émojis va être abordée va être abordée et la chose semble actée. En revanche, selon Emojipedia, l’un des sites de référence en la matière, il faudra atteindre 2018 pour pouvoir les utiliser sur nos portables et autres applications.

Selon des statistiques non-officielles, les rousses et les roux représenteraient entre 1 à 2 % de la population mondiale. Mais dans certaines régions du monde, comme en Ecosse (d’où est d’ailleurs partie l’une des pétitions les plus populaires), ce pourcentage pourrait atteindre plus de 10%.

Avec l’officialisation probable des émojis représentant les roux, le consortium Unicode poursuit ainsi sa volonté de représenter la grande diversité de l’humanité. Des pictogrammes représentant de nombreuses couleurs de peau, des orientations sexuelles et différentes confessions religieuses, ont été ajoutés ces deux dernières années.

L’objectif du consortium Unicode, un organisme non lucratif, est d’encadrer le codage des différents caractères utilisés sur les portables et ordinateurs, afin de les standardiser. Les plus grandes compagnies de l’économie numérique sont membres de cet organisme.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

monde

Droit à l'avortement : Scarlett Johansson prend Trump par les sentiments