DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Birmanie : les Rohingyas "probablement" victimes de crimes contre l'humanité (ONU)


Birmanie

Birmanie : les Rohingyas "probablement" victimes de crimes contre l'humanité (ONU)

L’ONU tire une fois de plus la sonnette d’alarme face à la persécution des musulmans Rohingyas, en Birmanie. Dans un rapport publié ce vendredi, le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme (HCDH) dénonce des “probables crimes contre l’humanité“.

L’offensive lancée en octobre dernier par l’armée birmane dans l’ouest de ce pays majoritairement bouddhiste, a fait plusieurs centaines de morts et causé le déplacement de dizaines de milliers de personnes, selon le HCDH.

Le gouvernement birman d’Aung San Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la paix, dit agir en réponse à des attaques de groupes rebelles et dément les accusations de persécution religieuse.

Exode au Bangladesh

66 000 Rohingyas auraient trouvé refuge au Bangladesh voisin depuis octobre 2016. C’est dans les nombreux camps de fortune qu’a été rédigé le rapport des Nations Unies.

Plus de 200 victimes témoignent des viols collectifs, des meurtres et autres atrocités commises par l’armée,la police ou des villageois bouddhistes à l’encontre de leur communauté.

Pour régler le problème des réfugiés Rohingyas, qui affluent massivement de l’Etat d’Arakan, dans l’ouest de la Birmanie, le gouvernement bangladais pense avoir trouvé une solution : les déplacer sur l’l‘île déserte de Thengar Char, dans le golfe du Bengale.

Les Rohingyas doivent y être transportés temporairement avant d‘être renvoyées en Birmanie. “Si l’endroit n’est pas vivable, il sera rendu vivable“ a déclaré un responsable du ministère de l’Intérieur bangladais cité par Reuters.

Mais cette solution n’est pas du goût des villageois qui habitent les îles voisines. “Nous avons peur, les Rohingyas sont de nature mauvaise. Ils sont souvent impliqués dans les affaires de drogue et de contrebande. S’ils viennent ici, où il y a déjà de nombreux pirates qui volent, ça serait très dangereux pour nous“ assure un homme.

Le gouvernement de la Malaisie – comme le Bangladesh, majoritairement musulman – a envoyé ce vendredi un cargo d’aide humanitaire en Birmanie, à destination des Rohingya, dont la citoyenneté birmane a été retiré en 1982.

Aux yeux des autorités birmanes, ils sont des immigrés clandestin bangladais. Apatrides, ils ne peuvent pas travailler, se marier ni étudier en Birmanie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

France

Paris : enquête antiterroriste après l'agression de militaires près du Louvre