DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Attaque du Louvre : quelles étaient les motivations de l'assaillant ?

L'auteur de l'attaque du Louvre a-t-il agi sur instructions ? C'est ce que les enquêteurs cherchent à déterminer au lendemain de l'agression à l'arme blanche d'une patrouille de militaires à l'en

Vous lisez:

Attaque du Louvre : quelles étaient les motivations de l'assaillant ?

Taille du texte Aa Aa

Le logement que l’auteur de l’attaque du Carrousel du Louvre avait loué, dans le très huppé 8e arrondissement de Paris, a été perquisitionné.

Les enquêteurs y ont retrouvé près de 1000 euros en liquide, un passeport égyptien, des cartes prépayées ainsi que les étuis des deux machettes ayant servi à l’attaque.

L’homme de 29 ans, de nationalité égyptienne a agressé une patrouille de l’opération Sentinelle ce vendredi matin, dans la galerie du musée parisien, criant “Allah Akbar”.

Vêtu d’un T-shirt noir à tête de mort et “armé d’une machette dans chaque main, bras levés et pliés derrière la tête”, il s’est précipité sur eux et a “frappé à la tête un premier militaire”.

Après avoir tenté de repousser l’assaillant une première fois sans user de son arme, un deuxième soldat a ouvert le feu, tirant d’abord une fois dans le bas ventre.

Le tir n’ayant pas stoppé l’assaillant, le militaire a alors fait feu à trois reprises, le blessant “très grièvement”.

Son pronostic vital était toujours engagé ce vendredi soir. Un militaire a été légèrement blessé au cuir chevelu et s’est vu prescrire 10 jours d’ITT.

“Les investigations – qui ne font bien sûr que débuter – se poursuivent et se poursuivront, tant en France qu‘à l‘étranger, dans le cadre de la coopération pénale internationale, pour déterminer le parcours mais aussi les motivations de l’auteur et découvrir notamment s’il a agi seul, spontanément, ou au contraire s’il a agi sur instructions”, a déclaré François Molins, le procureur de Paris.

L’individu, dont l’identité n’a pas encore été “formellement établie”, réside aux Emirats arabes unis.

Il serait arrivé de Dubaï le 26 janvier, porteur d’un visa touristique. Il disposait d’un billet retour en date du 5 février.

L’homme a loué une voiture puis acheté en liquide deux machettes “de 40 centimètres chacune” dans une armurerie de Paris.

Les enquêteurs s’interrogent également sur des tweets postés en arabe sur un compte au nom de l’Egyptien identifié, Abdallah El Hamahmy. Une dizaine de messages ont été postés entre 08H27 GMT et 08H34 GMT, quelques minutes avant l’attaque.

On peut notamment lire “Au nom d’Allah (…) pour nos frères en Syrie et les combattants” et, une minute plus tard, un tweet faisant référence au groupe jihadiste Etat islamique.

Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête en flagrance pour “tentatives d’assassinats aggravées en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle”.

Il s’agit d’un acte “dont le caractère terroriste ne fait guère de doute”, a affirmé le président François Hollande.

Le gouvernement des Emirats arabes unis a condamné ce “crime odieux” et assuré la France de “sa pleine solidarité” en se tenant “à ses côtés dans les mesures qu’elle entreprend pour préserver sa sécurité”.

Cette attaque intervient 2 ans jour pour jour après l’agression au couteau de soldats à Nice.

Le musée du Louvre devrait lui rouvrir ses portes ce samedi sous haute surveillance.

3500 militaires sont déployés dans le cadre de l’opération Sentinelle à Paris.

Avec AFP.