DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Science : l'aîné ou le benjamin, qui est le plus intelligent ?


Monde

Science : l'aîné ou le benjamin, qui est le plus intelligent ?

C’est une théorie sur laquelle les scientifiques aiment à plancher : l’intelligence supposée des aîné(e)s dans une fratrie.

Une étude est sortie il y a quelques mois apportant de l’eau au moulin à ceux qui estiment que le premier-né dispose d’un quotient intellectuel (QI) supérieur à celui de ses frères et sœurs.
L’enquête est parue dans le ‘Journal of Human Resources’ le 1er novembre dernier (voir ici – version anglaise uniquement). Elle est le fruit d’un travail de plusieurs années mené par des chercheurs de l’Université d‘Édimbourg (Royaume-Uni) et de l’Université de Sydney (Australie) en lien avec un cabinet d‘études américain.

D’après ces scientifiques, les aînés seraient plus intelligents car ils disposeraient à leur naissance d’une plus grande attention et d’une plus grande stimulation e la part de leurs parents. Cette attention et cette stimulation auraient tendance à diminuer pour les enfants nés ultérieurement dans la fratrie.

Cette analyse avait déjà été présentée dans une étude publié dans la revue PNAS en septembre 2015.
Mais les chercheurs avaient pris soin de dissocier “intelligence” et “traits de personnalité”, expliquant que pour l’intelligence, l’ordre de naissance avait un léger impact, ce qui n’est pas le cas pour les traits de personnalité (extraversion, stabilité émotionnelle, imagination…), non affectés par l’ordre de naissance.

“Tuteur”

Une étude menée auprès de milliers de jeunes Norvégiens et publiée dans la revue Science en juin 2007 suggérait que les aîné(e)s pouvaient augmenter leurs capacités intellectuels au travers de leur rôle de “tuteur” vis-à-vis de leurs frères et sœurs plus jeunes. Ce rôle agirait comme stimulant.

Des remarques en contre-point

Plusieurs membres de la communauté scientifique relativisent ces résultats, aussi sérieux soient-ils, estimant qu’ils ne sont pas suffisants en quantité pour tirer des conclusions définitives.
Par ailleurs, certaines voix s‘élèvent pour contester les méthodologies employées pour réaliser ces enquêtes.

Enfin, un constat empirique vient contrebalancer des conclusions parfois trop hâtives. Quelques-uns des grandes intelligences de l’Histoire n‘étaient pas les aînés : le philosophe René Descartes, dernier d’une fratrie de 3 ; le scientifique Charles Darwin le cinquième enfant d’une famille de 6, le chimiste russe Dmitri Mendeleïev (père du ‘tableau de classification des éléments’), le cadet d’une famille de plus de 10 enfants…

Pour aller plus loin

>> Cinq raisons scientifiques qui expliquent pourquoi les enfants aînés sont les meilleurs, article paru sur le site HuffingtonPost.fr, à lire ici

>> L’aîné est-il le plus intelligent ?, reportage réalisé par _RTL, à écouter ici

Italie : le parrain de la mafia était un amateur d'art

Italie

Italie : le parrain de la mafia était un amateur d'art