Cet article n'est pas disponible depuis votre région

USA - Russie : première rencontre Tillerson - Lavrov

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy  avec AGENCES
USA - Russie : première rencontre Tillerson - Lavrov

<p>Quelle orientation pour la diplomatie américaine ? Depuis l’investiture de Donald Trump, peu d‘éléments de réponse. <br /> Alors forcément, la venue du chef de la diplomatie américaine à Berlin pour une réunion du G20 est observée de près.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">A Bonn, un G20, un Américain, et trois enjeux <a href="https://t.co/x2szuAcmWP">https://t.co/x2szuAcmWP</a> <a href="https://t.co/3gHbu4Nv4T">pic.twitter.com/3gHbu4Nv4T</a></p>— la-croix.com (@LaCroix) <a href="https://twitter.com/LaCroix/status/832120450171944961">16 février 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Rex Tillerson effectue là son premier déplacement à l‘étranger. Il est attendu notamment sur la question des relations que Washington souhaite instaurer avec la Russie.</p> <p>Le secrétaire d’Etat a eu un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov.<br /> Commentaire laconique du haut-diplomate russe : “<em>nous devons aller de l’avant</em>“.</p> <h3>Sanctions</h3> <p>Sergueï Lavrov a indiqué que l‘épineuse a question des sanctions contre Moscou n’avait pas été discutée.</p> <p>“<em>Nous ne discutons pas des sanctions. Nous partons du fait qu’il s’agit d’une anomalie et que ceux qui les ont décrétées doivent évaluer en quoi elles sont efficaces pour eux. Ils doivent se demander si ces sanctions ont leur place dans des relations normales entre des pays, et si les tentations de politiser certains sujets correspondent vraiment à leurs intérêts internationaux.</em>“<br /> <strong>Sergueï Lavrov, minsitre russe des Affaires étrangères</strong></p> <p>Les Occidentaux, Américains en tête, ont décrété des sanctions contre la Russie, pour dénoncer l’attitude de Moscou dans le conflit en Ukraine. Pour l’heure, les Etats-Unis ne changent pas leur fusil d‘épaule.</p> <p>“_Lorsque nous ne serons pas d’accord, les Etats-Unis défendront leurs intérêts et leurs valeurs et ceux de leurs alliés.<br /> A l’heure où nous cherchons des terrains d’entente, nous attendons de la Russie qu’elle respecte les accords de Minsk et qu’elle contribue à la désescalade de la violence en Ukraine._”<br /> <strong>Rex Tillerson, secrétaire d’Etat américain</strong></p> <p>A la question de savoir quand Vladimir Poutine et Donald Trump se rencontreront, réponse du chef de la diplomatie russe : cette rencontre aura lieu quand les deux présidents l’estimeront “possible”.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/G20?src=hash">#G20</a> des chefs de la diplomatie à <a href="https://twitter.com/hashtag/Bonn?src=hash">#Bonn</a> : première rencontre entre <a href="https://twitter.com/hashtag/Lavrov?src=hash">#Lavrov</a> et <a href="https://twitter.com/hashtag/Tillerson?src=hash">#Tillerson</a> <a href="https://t.co/nxQGbvt3G4">https://t.co/nxQGbvt3G4</a> <a href="https://t.co/G5Eht1FziB">pic.twitter.com/G5Eht1FziB</a></p>— RT France (@RTenfrancais) <a href="https://twitter.com/RTenfrancais/status/832210194566348800">16 février 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p><em>avec agences</em></p>