DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mugabe fête ses 93 ans et s'accroche au pouvoir


Zimbabwe

Mugabe fête ses 93 ans et s'accroche au pouvoir

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe fête ses 93 ans. Il est le plus vieux dirigeant en exercice sur la planète. 36 années de règne qui ne semble pas avoir usé son goût du pouvoir. Interviewé le week-end dernier par une télévision d’Etat, il a balayé l’idée d’un départ.

“La majorité des gens pensent qu’il n’y a en fait pas de remplaçant”, a-t-il précisé d’un ton très hésitant, visiblement fatigué. “Il n’y a pas de successeur qui soit acceptable à leurs yeux comme je le suis”.
La voix est hésistante mais le propos reste ferme sur le fond. Lors de la même interview il a aussi expliqué que seul son parti pourrait lui demander de s’en aller.

Robert Mugabe, le président inoxydable

93 ans et trois décennies de règne sans partage au Zimbabwe. Robert Mugabe est un président inoxydable, indétrônable et même, éternel, à en croire son épouse, qui estimait récemment que les électeurs voteraient pour lui, y compris après sa mort.

Au pouvoir jusqu’en 2023 ?

Né en 1924, dans ce qui s’appelait encore la Rhodésie du Sud, une colonie britannique, Robert Mugabe a pour habitude de souffler ses bougies entouré de ses proches collaborateurs. “Seul mon parti peut me demander de me retirer”, disait récemment celui qui en 2013 avait signé la révision de la Constitution qui limite désormais l’exercice du pouvoir à deux mandats consécutifs. Mais la réforme n’est pas rétroactive et permet à Mugabe de régner potentiellement jusqu’en 2023. Il serait alors quasi centenaire.

Peu importe les signes de vieillesse. En 2015, Robert Mugabe avait lu devant le Parlement deux fois le même discours, en l’espace d’un mois. Il fait, par ailleurs, plusieurs chutes en public. Ses visites médicales sont fréquentes.

Une économie exsangue

Peu importe aussi la grave crise économique qui persiste au Zimbabwe depuis une quinzaine d’années. Asphyxiée par le manque de liquidités, l‘économie tourne au ralenti, 90% de la population active n’a pas d’emploi formel, son pouvoir d’achat est au plus bas. Pour ne rien arranger, le ministère des Finances vient d’annoncer une nouvelle de taxe de 15 % sur les produits alimentaires de base.

En novembre, pour tenter de donner un peu d’air à une économie exsangue et ralentir la fuite de dollars américains vers l‘étranger, le gouvernement lançait une nouvelle monnaie : des billets d’obligation dont la valeur est allignée sur le cours du billet vert.

Peut-être les prémices d’un retour de la monnaie nationale, le dollar zimbabwéen, qui avait été retirée la circulation en 2015, après plusieurs années d’hyperinflation. Les billets en milliards étaient alors monnaie courante. Un billet de 100 mille milliards de dollars zimbabwéens valaient alors l‘équivalent d’une vingtaine d’euros.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Italie

Italie: le patron d'une agence de lutte contre la discrmination démissionne sur fond de scandale sexuel