DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Où passe-t-on le plus de temps dans les embouteillages ?


monde

Où passe-t-on le plus de temps dans les embouteillages ?

Combien d’heures avez-vous passé dans les embouteillages durant toute l’année 2016 ? Une étude sur le trafic routier réalisée par le cabinet américain INRIX dans 1.064 villes de 38 pays vous apportera peut-être des éléments de réponse. Des millions de sources, dont des données GPS, ont été utilisées pour cette analyse.

Les pays les plus embouteillés


Avec 61 heures passées en moyenne dans les embouteillages en 2016, les conducteurs thaïlandais font figure de champions du monde. Mieux vaut circuler à moto ou à vélo, même si les deux-roues peinent aussi à se frayer un passage dans cet “enfer” routier.

Le trafic à Bangkok



Derrière la Thaïlande, la Colombie à égalité avec l’Indonésie (47 heures) complètent le podium des pays les plus embouteillés, suivies par la Russie et les Etats-Unis (42 heures), le Venezuela (39 heures), l’Afrique du Sud (38 heures), le Brésil (37 heures), Porto Rico (37 heures) et enfin la Turquie (34 heures).

Absente de l‘étude, la Chine est pourtant très nettement impactée par cette problématique comme le montre cet embouteillage monstre sur une autoroute.



En Europe, hormis la Russie et la Turquie, citées précédemment, le Royaume-Uni (32 heures) et l’Allemagne (30 heures) sont particulièrement sujets aux bouchons. La circulation est légèrement plus fluide en France (23 heures) qui se classe à la 25ème place (sur 38) du classement établi par le cabinet INRIX. Les automobilistes français souffrent toutefois moins du trafic que leurs voisins suisses qui figurent, eux, dans le top 10 européen (25 heures).

Les villes les plus embouteillées


A l‘échelle des villes, les chiffres sont encore, et logiquement, plus élevés. Ainsi, Los Angeles, deuxième ville américaine en nombre d’habitants, est la ville la plus embouteillée au monde : 104 heures en moyenne passées dans les embouteillages en 2016 pour les automobilistes! Cette congestion est liée au fait que 80 % des habitants de la banlieue utilisent leur véhicule pour se rendre au travail. Quatre autres villes américaines figurent dans le Top 10 mondial : New York (89 heures), San Francisco (83 heures), Atlanta (71 heures) et Miami (65 heures). En Amérique du Sud, mieux vaut éviter de prendre le volant à Bogotá (80 heures) et Sao Paulo (77 heures).

Impressionnant bouchon à Los Angeles le 23 novembre dernier avant Thanksgiving



Moscou fait figure de cancre en Europe avec une moyenne annuelle de 91 heures, ce qui représente environ un quart du temps total passé par les automobilistes moscovites dans leur véhicule. D’autres villes russes – Krasnodar, Saint-Pétersbourg, Sotchi ou Nijni Novgorod -, sont sujettes aux bouchons. Les lacunes en matière de transports publics sont particulièrement criantes en Russie.

Ailleurs, Londres (73 heures) et Paris (65 heures) sont parmi les villes européennes les plus embouteillées.

Cliquez pour connaître le classement de votre ville

L’impact financier des embouteillages


Les embouteillages ont un impact non-négligeable sur l‘économie et sur nos pouvoirs d’achat. Dans une étude datant de 2014, le cabinet INRIX avait chiffré pour la France une facture annuelle de 22 milliards d’euros, soit 350 milliards d’euros jusqu’en 2030 ! Un chiffre en hausse de 31 % dû à plusieurs facteurs : augmentation du parc automobile, évolution des coûts, accroissement de la population…

“Si nous ne réagissons pas dès maintenant, la saturation des axes routiers aura de très graves conséquences pour l’économie du pays, les entreprises et les citoyens dans les années à venir. Et si la question semble déjà très préoccupante aujourd’hui, ce sera bien pire encore à l’horizon 2030”, soulignait alors Matt Simmons, le directeur Europe d’INRIX.

L’impact financier est encore plus important au Royaume-Uni. Ainsi, selon INRIX, chaque automobiliste britannique a perdu en moyenne 2.000 euros en 2016 à cause des embouteillages. Pour la ville de Londres, les bouchons ont représenté un coût direct et indirect de plus de 7 milliards d’euros.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

monde

La justice n'écoute pas assez les enfants (enquête)