DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Fini, les retards dans le transport aérien ?


Boarding Pass

Fini, les retards dans le transport aérien ?

Près de 10% des quelque 10 millions de vols en Europe l’an dernier ont accusé un retard d’au moins 30 minutes. Comment améliorer la situation ? C’est ce que nous découvrons auprès de compagnies et d’EUROCONTROL dans cette édition de Boarding Pass. Leurs efforts portent sur les contrôles techniques et le travail en commun en cas d’imprévu.

Conditions météo, grèves, problèmes techniques, manque de capacités dans les aéroports ou dans les airs… Un avion a d’innombrables raisons de ne pas être à l’heure. Et les conséquences sont problématiques pour tout le monde, en particulier pour les passagers.

Les retards d’au moins 30 minutes étaient encore nombreux l’an dernier malgré les efforts déployés par le secteur. Thomas Cook Airlines par exemple a réussi en 2016, à les limiter pour ses vols, à environ 17 minutes en moyenne.

“Ne pas gaspiller de capacités”

Mais d’après l’un de ses pilotes, il existe encore une marge d’amélioration. “Là où il y a une augmentation des retards, souligne Andrew Thorington, c’est dans les aéroports qui ont atteint leurs capacités maximales et il suffit d’un petit incident dans cet aéroport pour qu’il y ait des effets en cascade pour beaucoup de compagnies, pas seulement la nôtre.”

Les compagnies contrôlent leurs avions pour éviter au maximum les retards pour défaut technique. Pour les autres types de contre-temps, c’est le travail en commun des acteurs de l’aérien qui est essentiel.

Chris Woodland, responsable de la planification des vols au sein du groupe Thomas Cook, assure que “les retards existeront toujours. Mais on peut voir comment on les gère et avec quels outils, poursuit-il. On est en contact direct avec Eurocontrol pour traiter les retards les plus importants ; grâce aux outils qui ont été développés, on peut permuter les créneaux : les échanger entre nos avions ou avec ceux d’une autre compagnie, dit-il avant d’ajouter : Comme cela, on ne gaspille pas de capacités au sein du réseau.”

Défi européen et enjeu environnemental

Les équipes d’ EUROCONTROL (l’organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne) travaillent en partenariat avec les contrôleurs aériens en Europe, à minimiser les retards. C’est un défi au quotidien. Sur leurs écrans, ils ont accès à la répartition géographique des vols en retard sur une journée.

“Nous sommes en liaison avec plus de 2000 services de tous les aéroports européens et de toutes les compagnies présentes en Europe, insiste Brian Flynn, directeur de l’unité performance, prévisions et relations chez Eurocontrol. Si elles ont un problème pour un vol, elles peuvent demander une extension de leur créneau de départ et notre rôle, c’est de les aider à respecter leur planning et à amener leurs passagers à destination en toute sécurité et dans les temps,” déclare-t-il.

EUROCONTROL s’efforce aussi de réduire l’impact environnemental du transport aérien en trouvant pour chaque vol en retard, une nouvelle trajectoire rapide et à l’empreinte carbone limitée.

“Que ce soit nos passagers qui partent en vacances ou qui prennent nos vols réguliers, estime le pilote Andrew Thorington, il est important de leur fournir ce service de qualité pour être sûrs qu’ils soient suffisamment satisfaits pour avoir envie de refaire appel à nous.”

En réduisant les retards, non seulement, on baisse les coûts, mais on améliore aussi le fonctionnement du réseau, on renforce la sécurité et on limite l’impact de ces contre-temps sur l’environnement.

Julián López Gómez avec Stéphanie Lafourcatère

Le choix de la rédaction

Prochain article
Comment réduire la pollution sonore et environnementale des avions ?

Boarding Pass

Comment réduire la pollution sonore et environnementale des avions ?