DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Brexit : deux ans d'intenses négociations à venir


Royaume-Uni

Brexit : deux ans d'intenses négociations à venir

Les négociations concernant le Brexit devraient durer deux ans et s’achever en mars 2019, autrement dit juste avant les prochaines élections européennes.

Au Parlement de Strasbourg, ce calendrier est dans toutes les têtes, notamment dans celle de l’ancien Premier Ministre belge Guy Verhofstadt qui préside aujourd’hui l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe.

Guy Verhofstadt : “Il est absolument crucial que le Parlement européen soit impliqué dans ces négociations dès le premier jour. Parce qu‘à la fin, dans deux ans, nous devrons donner notre consentement à cet accord. Et ce sera un moment très difficile parce que nous devrons donner notre consentement à seulement deux mois des élections européennes. Or, ce consentement, nous ne le donnerons que si l’accord est conforme à nos souhaits et s’il ne franchit pas les lignes rouges que nous avons indiquées.”

Un tel pouvoir concentré dans les mains des députés européens met hors de lui le Britannique Nigel Farage, créateur du UKIP et fervent eurosceptique.

Nigel Farage : “L’idée que dans deux ans, le Parlement européen puisse mettre son veto à tout le travail effectué par les 28 gouvernements des Etats membres m’inquiète énormément et me fait dire que la Grande-Bretagne doit mener une campagne très dure auprès des producteurs français de vin, des constructeurs automobiles allemands et des chocolatiers belges. Nous devons faire pression sur les membres du Parlement pour leur faire comprendre que ces emplois en France, en Belgique et en Allemagne dépendent des exportations sur le marché britannique. Si nous le faisons, alors le Parlement n’osera pas mettre son veto à l’accord juste avant les élections européennes.”

Etats-Unis

Etats-Unis : des milliers de vols annulés par la tempête Stella