DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les Néerlandais ont "stoppé la révolte populiste en Europe"


Pays-bas

Les Néerlandais ont "stoppé la révolte populiste en Europe"

Après les élections aux Pays-Bas, quel est le sentiment, quelles sont les attentes ? Notre correspondant James Franey a interviewé Wiert Duk, journaliste politique pour le quotidien Algemeen Dagblad.

Wiert Duk, journaliste au Algemeen Dagblad

“Ce n‘était pas une bataille entre Geert Wilders et Mark Rutte, mais nous sommes dans un pays de coalition où les partis doivent nouer des alliances pour gouverner, et c’est exactement ce qu’il va se passer désormais. Même si le parti de Wilders avait terminé en tête, Wilders, lui, aurait été écarté du gouvernement. Ensuite, il y a quelque chose que les Néerlandais, ceux qui n’ont pas voté pour Wilders, ont voulu exprimer, c’est qu’il est possible de stopper la révolte populiste en Europe. Car,après le Brexit et Donald Trump, beaucoup de gens pensaient que les Pays-Bas allaient être le troisième domino à tomber sous l’effet du mouvement populiste. Or, ce mouvement a été stoppé en Hollande. A voir maintenant, si ce sera le cas aussi en France et en Allemagne. C’est autre chose.

James Franey, euronews :

Que va faire Geert Wilders désormais ?

Wiert Duk, journaliste au Algemeen Dagblad

“Il y a un avenir pour lui mais probablement dans l’opposition. Sa campagne électorale a été désastreuse, il a été invisible. Il aurait pu arracher la victoire, mais il n’y est pas parvenu. Donc il doit se poser la question : a-t-il vraiment envie de gouverner ? Visiblement, il aime influencer le débat depuis la ligne de touche, et il pourrait le faire pendant longtemps. Et c’est vrai qu’il a influencé le débat car les partis traditionnels comme les chrétiens-démocrates, mais aussi les libéraux du VVD, ont adopté des positions plus dures, plus fermes que d’habitude sur des thèmes comme l’immigration et l’islam. Donc oui, Wilders a une influence, mais je pense qu’il est condamné à rester sur la touche pour les prochaines années.”

James Franey, euronews :

Comment expliquer cette division de la gauche aux Pays-Bas. Les sociaux-démocrates du Parti du travail ont été complètement balayés, et on assiste à l’ascension de “Groenlinks”, la gauche verte.

Wiert Duk, journaliste au Algemeen Dagblad

“Les sociaux-démocrates en Europe sont en crise depuis un certain temps. Et en Hollande, ils sont arrivés à l’apogée de cette crise. Il y a deux scénarios possibles pour eux : soit, ils font leur retour dans quelques années, soit ils seront remplacés par ce mouvement de la Gauche verte composé de jeunes qui ont désormais en Jesse Klaver un leader très puissant et charismatique, qui a fait une excellente campagne.

James Franey, euronews :

Peut-on assister à la montée ‘‘d’un nouveau mouvement populiste, mais à gauche ?

Wiert Duk, journaliste au Algemeen Dagblad

“Jesse Klaver n’est pas populiste bien sûr, mais on dirait un populiste anti-populiste. Il utilise les méthodes et le style des populistes et cela lui a plutôt réussi. Donc oui, je crois qu‘à gauche, les jeunes ont besoin d’une personnalité comme Jasse Klaver. Il pourrait jouer un rôle majeur.