DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Interdiction des ordinateurs sur certains vols : à la recherche d'exemptions


économie

Interdiction des ordinateurs sur certains vols : à la recherche d'exemptions

La Turquie aimerait bien être exemptée de l’interdiction des ordinateurs et tablettes à bord des vols vers les États-Unis et la Grande Bretagne. Interdiction qui vise une vingtaine de compagnies aériennes dans certains pays musulmans considérés à risque. Elle doit entrer en vigueur ce samedi.

“Nous poursuivons nos efforts pour exclure de l’interdiction l’aéroport Atatürk d’Istanbul, dont nous sommes très fiers. Nous sommes actuellement en discussion non seulement avec les États-Unis mais aussi avec la Grande Bretagne”, a commenté ce jeudi le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Huseyin Muftuoglu.

Les compagnies craignent que cette mesure pèse sur leurs résultats en dissuadant les voyageurs d’emprunter leurs vols. Emirates prévoit de mettre gratuitement à disposition de ses passagers des ordinateurs portables.

“J’espère que nous parviendrons à surmonter cela et que le gouvernement des États-Unis permettra à un moment donné d’assouplir l’interdiction, parce que pour être tout à fait honnête, si cette interdiction concerne spécifiquement les pays mentionnés et ces aéroports, je ne comprends pas pourquoi cela ne s’applique pas partout dans le monde”, a réagi le président d’Emirates airlines Tim Clarke.

Plus philosophe, la compagnie Royal Jordanian airlines joue la carte de l’humour avec ce tweet sur les douze choses à faire pendant un vol de douze heures sans ordinateur.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

économie

Le curry britannique menacé par le Brexit