DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A Mossoul-est, 200 civils pourraient avoir péri lors d'une frappe aérienne


Irak

A Mossoul-est, 200 civils pourraient avoir péri lors d'une frappe aérienne

Hot Topic Plus sur le sujet Mosul

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Les corps sont extraits des décombres. De nombreuses victimes restent encore ensevelis sous les ruines des maisons d’Al-Jadida. Dans ce quartier de l’Ouest de Mossoul, les habitants ont commencé à enterrer les membres de leur famille qui auraient été tués lors d’un raid aérien mené par la coalition internationale. L’armée américaine a reconnu avoir mené cette attaque contre une zone contrôlée par le groupe Etat islamique. Près de 200 civils pourraient avoir été tués lors de cette frappe aérienne.

Bashar Abdullah, vivant à Mossoul témoigne : “Avant de commencer la bataille de l’ouest de Mossoul, les forces irakiennes et américaines nous ont assuré que ce serait une bataille facile, c’est pourquoi les gens ne quittaient pas leurs maisons, ils se sentaient en sécurité. Ils ne savaient pas qu’ils seraient bombardés“. Il conclut amer : “ce n‘était pas une libération, c‘était une destruction“.

L’offensive entre dans son sixième mois

L’offensive soutenue par les Etats-Unis pour chasser le groupe Etat islamique de Mossoul, entre maintenant dans son sixième mois. L’armée irakienne a repris la majorité de la ville, dont l’intégralité de la partie ouest.
Près de 600.000 civils se trouveraient dans les zones encore tenues par le groupe EI, qui représentent environ 60% de Mossoul-Ouest.

Les habitants fuyant les conflits racontent que les jihadistes se cachent parmi la population locale, compliquant l’action de la coalition au sol et dans les airs.

Des F-16 américains livrés à l’armée irakienne

Pour accroître ses capacités de frappe, l’armée de l’air irakienne, vient de se doter de quatre avions de chasse F-16 américains. Ils sont arrivés à a base militaire aérienne de Ballad, à 80 km au Nord de Bagdad.

Avec agences

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Italie

Europhiles et europhobes manifestent en marge des commémorations du traité de Rome