DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Cyberattaques russes : le Sénat américain lance son enquête


Etats-Unis

Cyberattaques russes : le Sénat américain lance son enquête

Le Sénat américain se penche à partir de ce jeudi sur les présumées ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016.

Un des objectifs des sénateurs sera de définir si des proches de Donald Trump ont eu des contact illégaux avec la Russie l’an dernier.

Le gendre du président Jared Kushner s’est porté volontaire pour être entendu par les Sénateurs. Il aurait rencontré l’ambassadeur de Russie à Washington et le directeur de la banque russe de développement pendant la campagne.

Nous avons fait vingt demandes, concernant des personnes qui doivent être interrogées par la commission“, a confirmé le républicain Richard Burr, le président de la commission du Renseignement du Sénat lors d’une conférence de presse.

Ce jeudi deux experts en cybersécurité seront auditionnés. L’accent sera mis “sur ce que prépare la Russie“, a précisé Richard Burr, selon qui Moscou est également “activement impliquée“ dans la campagne présidentielle en France.

En tant qu’ancien professionnel des technologies, ce qui m’inquiète le plus c’est que selon certains rapports, et il va falloir vérifier tout cela, il y avait jusqu‘à un millier de trolls étaient rémunérés en Russie“, a ajouté le sénateur démocrate Mark Warner.

Ils contrôlaient un réseau d’ordinateurs que l’on appelle un botnet, qui avait pour but de générer des informations dans des régions précises“, a poursuivi le membre de la commission.

Selon un rapport secret du CIA publié par le Washington Post, la Russie a bien orchestré une série de cyber-attaques pendant la campagne présidentielle dans le but d’aider l‘élection de Donald Trump.

Trois enquêtes sont en cours : au Sénat, à la Chambre des représentants et au FBI. Le Congrès pourrait prochainement décider de mettre en place une commission indépendante, comme celle qui avait enquêté sur les attentats du 11 septembre 2001.

Donald Trump, qu’aucun élément factuel ne lie pour l’instant à la Russie, a toujours rejeté les conclusions de la CIA, reprises par son prédécesseur Barack Obama.

ALL VIEWS

Touchez pour voir