DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Hongrie vient d'adopter une loi controversée visant les universités étrangères


Hongrie

La Hongrie vient d'adopter une loi controversée visant les universités étrangères

Dans un climat de forte contestation, le Parlement hongrois a approuvé un nouveau projet de loi qui, selon les critiques, vise l’université la plus célèbre du pays, fondée par le milliardaire américain George Soros.

Cette nouvelle loi a été adoptée selon un dispositif accéléré. Elle impose de nouvelles restrictions sur les universités étrangères.

Le ministre hongrois, Zoltan Balog, a déclaré : “on peut opérer avec cette nouvelle loi, tout le monde doit postuler”. Il assure s’attendre à “ce que cette loi soit respectée par tout le monde”, avant d’ajouter, “même les organisations de George Soros ne sont pas au dessus des lois hongroises.”

Cette loi pourrait conduire à la fermeture de la CEU, l’Université d’Europe centrale créée en 1991
George Soros, bête noire du Premier ministre Viktor Orban.

Pour le recteur de la CEU, Liviu Matei, il s’agissait “clairement de faire passer cette loi le plus rapidement possible, sans écouter personne, sans écouter les citoyens hongrois, ni les universitaires hongrois, ni les universités hongroises, ni les organisations internationales.”

Selon la nouvelle loi, les universités étrangères doivent avoir un campus à la fois dans la capitale hongroise et dans leur pays d’origine, ce que n’a pas pas la CEU.

En soutien, les manifestants ont entouré l’université fondée par Georges Soros. Beaucoup ont brandi des pancartes où il était inscrit “VETO”. Ils demandent au président hongrois d’utiliser son droit de veto et de ne pas signer la loi qui vient d‘être acceptée.

Avec agences

Syrie

Pluie de condamnations internationales après l'attaque chimique présumée en Syrie