DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sécurité aérienne : coordination entre Europe et Maroc


Boarding Pass

Sécurité aérienne : coordination entre Europe et Maroc

Chaque jour, entre 150 et 200 vols arrivent ou partent vers l’Europe des pistes de Casablanca. Comment renforcer la coopération entre le continent européen et d’autres régions du monde en rendant les vols plus sûrs et le contrôle plus efficace ?

Casablanca est l’un des principaux aéroports internationaux marocain ; l’an dernier il a accueilli 8 millions de passagers. La plupart venaient ou allaient en Europe.

En 2016 le Maroc s’est situé à la quatrième place dans la liste des destinations mondiales des vols en connexions avec les aéroports européens derrière les Etats-Unis, la Russie et les Emirats Arabes Unis.

C’est aussi le premier pays non européen totalement intégré dans Eurocontrol, l’Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne.

Zouhair Mohammed El Aoufir, directeur de l’Autorité aéroportuaire marocaine : “Il y a des flux très importants entre l’Europe et notre pays, il y a d’autres flux qui continuent vers les Iles Canaries, vers l’Amérique Latine ou vers l’Afrique Sub-saharienne et donc aujourd’hui nous sommes dans ce rôle d‘être le pont entre l’Europe est notre continent africain à travers le ciel national mais également être un espace de continuité aux mêmes normes et donc au même niveau de sécurité, de fluidité et de sûreté entre l’Europe et le reste du monde.”

Ce centre de Casablanca contrôle un millier de vols par jour. Des experts d’Eurocontrol viennent souvent ici pour coordonner avec leurs collègues marocains un workflow ainsi que le partage de données. Objectif : améliorer les services rendus aux compagnies aériennes et aux passagers.

Joe Sultana, Eurocontrol : “Si nous avons une perturbation majeure en Europe, il est important pour nous de s’assurer du fait que nous soyons informés sur qui vient afin de nous coordonner avec ces régions, avec les états adjacents à l’Europe, sur des vols qui peuvent être retardés, ou ne pouvoir être gérés sur certains aéroports, parce que l’un est fermé et donc il faudra aller sur un autre. Tout ceci est nécessaire pour les compagnies et le contrôle aérien.”

Et la tendance devrait se poursuivre, selon ce que prévoient les experts avec, pour cette prochaine décennie seulement, 11% des vols européens qui seront confinés sur le continent.

La coopération internationale est donc cruciale.

Henrik Hololei, directeur général, Mobilité et transport à la Commission européenne : “En développant ce concept et en faisant un meilleur usage d’un espace aérien congestionné, vous vous préparez aussi pour l’avenir. Parce que si l’on regarde d’ici 15-20 ans, et si on ne fait pas de changements significatifs, on pourrait avoir plus d’un million de vols par an ce qui ne pourrait avoir lieu en raison de la congestion. C’est donc aussi quelque chose dont tout le monde bénéficierait. Et l’initiative du ‘Ciel unique européen’ est au cœur de cela.”

En 2016, le volume de trafic au départ et vers l’Europe et d’autres régions du monde a approché les 1,8 millions de vols.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Vols civils et militaires : le délicat partage du ciel

Boarding Pass

Vols civils et militaires : le délicat partage du ciel