DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : un attentat "imminent" déjoué


France

France : un attentat "imminent" déjoué

Voulaient-ils s’attaquer à des candidats à la présidentielle ? Deux jeunes hommes “radicalisés”, soupçonnés de vouloir perpétrer un attentat “dans les tout prochains jours”, ont été arrêtés mardi à Marseille, à cinq jours du premier tour du scrutin.

Les deux hommes radicalisés, nés respectivement en 1987 et 1993, de nationalité française, avaient l’intention de commettre à très court terme, c’est-à-dire dans les tout prochains jours, un attentat sur le sol français“, a déclaré le ministre de l’intérieur Matthias Fekl, lors d’un point de presse, sans plus de précision sur la ou les cibles des deux suspects.

Les photos des deux hommes avaient été distribuées dès jeudi aux services de sécurité des candidats à l‘élection présidentielle, ont déclaré à l’AFP Marine Le Pen et l’entourage d’Emmanuel Macron.

Vendredi, les officiers de sécurité de François Fillon avaient pour leur part été avertis de “risques avérés” sur le candidat de la droite, ont indiqué des sources chez Les Républicains.

Les services antiterroristes avaient notamment repéré un photomontage associant la une d’un numéro du journal Le Monde où figurait un article sur M. Fillon et une photo du plus âgé des suspects, avec un fusil mitrailleur, selon une source proche de l’enquête. Mais, à ce stade, aucun élément n’indique que le candidat LR était une cible, selon cette source.

Des armes à feu et du matériel entrant dans la composition d’explosifs ont été retrouvés lors de perquisitions, mardi à la mi-journée, dans le IIIe arrondissement de Marseille, ont indiqué des sources proche de l’enquête.

Des opérations de sécurisation et de déminage sont en cours“ rue de Crimée, dans cet arrondissement marseillais où les deux hommes ont été arrêtés “entre 10h00 et 11h00”, a également précisé le ministre de l’intérieur.

François Hollande a salué une “prise remarquable”. “Nos services et nos policiers ont travaillé de manière remarquable, nous permettant d’arrêter deux personnes qui vont maintenant être confrontées devant des juges et des policiers pour que nous sachions exactement quelles étaient leurs intentions“, a déclaré le président en déplacement au Creusot (Saône-et-Loire).

Ce que l’on sait des suspects arrêtés

Les deux hommes, de nationalité française, ont été arrêtés par la DGSI dans le cadre d’une enquête en flagrance ouverte à Paris le 12 avril pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste.

Connus des services de police pour leur radicalisation, les deux suspects, Clément B., 23 ans, et Mahiedine M., 29 ans, ont déjà été incarcérés pour des faits sans caractère terroriste, a indiqué une source proche du dossier.

Une première enquête préliminaire avait été ouverte le 5 avril contre Mahiedine M., né à Croix (Nord), après la remontée d’indices attestant la préparation d’une action violente imminente, selon la source proche du dossier.

Le 10 avril, une deuxième enquête similaire avait été ouverte contre Clément B., né en juillet 1993 à Ermont (Val-d’Oise).

Au fur et à mesure, il s’est avéré que les deux enquêtes se rapportaient au même projet“, a indiqué la source.

La présidentielle française sous haute protection

Ces interpellations interviennent à cinq jours du premier tour de l‘élection présidentielle, sur fond de menace terroriste très élevée en France, frappée depuis 2015 par une série d’attentats jihadistes, parfois de masse, qui ont fait 238 morts.

Plus de 50.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour assurer la sécurité de l‘élection, notamment dans les 67.000 lieux de vote, a rappelé M. Fekl.

Avec agence (AFP)

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Royaume-Uni

Lady Gaga et le prince William réunis pour la bonne cause