DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Regarder la Terre comme une planète

Vous lisez:

Regarder la Terre comme une planète

Taille du texte Aa Aa

*Nous voici en Italie afin de regarder de près ce que nous tenons pour acquis -la Terre.

*Nous voici en Italie afin de regarder de près ce que nous tenons pour acquis -la Terre. La plus grande planète rocheuse de notre système solaire, en est vraiment l’endroit le plus extraordinaire. Prenons un peu de recul afin de pouvoir regarder la Terre comme une planète.*

Elle est distante de 149.6 millions de kilomètres du Soleil, vieille d’environ quatre milliard et demie d’années, c’est la seule planète viable connue pour l’instant. Elle est unique dans le système solaire:

Josef Aschbacher, Directeur de l’observation de la Terre, ESA:
“La Planète Terre est tout à fait particulière – vous le voyez derrière moi ici, c’est une planète fascinante. Elle est couverte à 70 % d’eau, nous avons les grandes masses terrestres qui se déplacent constamment – ce que l’on appelle la tectonique des plaques, et nous avons une atmosphère riche en oxygène, en azote, et en vapeur d’eau. Un ensemble d‘éléments nécessaires et indispensables pour la vie sur Terre.”

Sur la surface de la Terre, et notamment à Rome, il existe des rappels constants que l’eau liquide est importante pour notre planète. Contrairement à mars ou à Vénus, la Terre a la bonne température et une pression atmosphérique correcte pour que l’eau puisse couler sur sa surface. Et également en dessous…

Gabriele et Marco nous emmène dans un des aqueducs souterrains qui parcourt Rome… Nous sommes avec eux sous la Villa Médicis, dans le seul aqueduc datant de l‘époque romaine et encore en fonction.

Gabrielle Scarascia-Mugnozza, Professeur d’ingénierie géologique, Université La Sapienza de Rome:
“Nous sommes ici dans l’aqueduc Aqua Virgo. Cette section est l’une des plus importantes en terme d’acheminement de l’eau et date du premier siècle avant Jésus-Christ.”

L’eau qui coule sur la surface de la Terre est essentielle pour la vie et joue aussi un rôle géologique vital à un niveau beaucoup plus profond.”

Gabrielle Scarascia-Mugnozza:
“L’eau est un composant très important dans la formation du magma et dans tous les processus pour former les roches, qu’elles soient volcaniques, métamorphiques ou sédimentaires. C’est pour cette raison que cela a été vraiment important dans l‘évolution de notre planète Terre.”

On appelle Rome la ville éternelle et ses monuments antiques semblent avoir été là depuis toujours. Pourtant les matériaux de construction que les Romains ont utilisés sont des matières qui avant de se figer coulait sous la croûte terrestre.

Gabrielle Scarascia-Mugnozza:
“Rome est construite en grande partie de roches volcaniques. Les célèbres “Sept collines” sont constituées de ces roches. On les a appelé ‘Tufo lionato’, car leur couleur rappelle celle de la crinière d’un lion.”

Tout ce qui nous a servi à forger notre civilisation vient de la terre qui est sous nos pieds.
Et si l’on y regarde de plus près, trois éléments clés dominent…

Gabrielle Scarascia-Mugnozza:
“Notre planète est surtout faite de fer, des silicates et d’oxygène. Ils composent trois quarts des éléments que nous l’on trouve sur la Terre.”

Notre planète fait 12,742 kilomètres de diamètre, un peu plus grande que Vénus et deux fois la taille de mars. Une très grande partie de notre connaissance de la Terre est très récente. Quand ces globes de l’Institut national italien pour l’Astrophysique ont été faits il y a 500 ans certains pensaient encore que le Soleil tournait autour de la Terre.

Nichi D’Amico, Président de l’Institut National Itallien d’Astrophysiques:
“Toute la compréhension de la façon dont fonctionne notre système solaires, donc comment un système solaire fonctionne en général, est évidemment tout à fait récente. Nous parlons de Galilée et de Newton et ensuite de tous les autres. Évidemment cela nous a donné un point de vue complètement différent. Dans l’Antiquité nous pensions que la Terre était au centre de l’univers et maintenant au lieu de cela nous savons que le soleil est au centre d’un système planétaire, qui est à la banlieue d’une galaxie qui est à son tour la banlieue d’une autre partie éloignée de l’Univers. Ceci nous a immédiatement donné une vision différente d’où nous sommes et de qui nous sommes.”

Notre vision de ce que nous sommes et où nous sommes devient plus claire chaque jour grâce à la technologie spatiale.

En ce moment, l’ESA a 15 satellites d’observation autour de la Terre, alimentant en données ce centre près de Rome. Elles offrent une vue globale de la Terre, de l’humidité du sol à la gravité et ces données ont même permis de découvrir un changement subtil dans les pôles magnétiques.

Michael Rast, Directeur de la stratégie d’observation de la Terre, ESA:
“Nous entrons dans la pièce d’où notre réseau de stations terrestres est géré. Ce que vous voyez ici sont les stations de Kiruna en Suède, de Matera en Italie du sud et ici au Svalbard en Norvège.”

“À l’heure actuelle le pôle magnétique migre d’environ 40 kilomètres par an, nous menant probablement à une inversion polaire. Longtemps attendu – nous n’en avons pas eu pendant plus de 700,000 ans – et les pôles pourraient s’inverser dans quelques milliers d’années.”

Même les zones les plus éloignées de notre planète peuvent être mesurées de l’espace avec une exactitude sans précédent. Ce satellite, Cryosat, lancé en 2010, a maintenant montré le vrai impact sur notre climat du réchauffement des régions polaires.

Michael Rast:
“Nous avons eu le plus chaud été arctique l’année dernière. Et nous perdons la glace polaire rapidement. À l’heure actuelle nous perdons presque 125 kilomètres cube de glace par an dans l’Antarctique et trois fois plus au Groenland.”

La Terre est une planète très dynamique et beaucoup de changements que nous voyons font partie de cycles naturels. Pourtant il est devenu clair que depuis le dernier siècle l’humanité a un impact sur la Terre, nos émissions de gaz à effet de serre changent véritablement le climat.

Josef Aschbacher, Directeur de l’observation de la Terre, ESA:
“Nous avons changé la planète. C’est un fait. La question est de savoir comment comprendre au mieux ce qui se passe et éviter les plus grandes cqtqstrophes afin de ne pas la détruire complètement”.

La Terre en tant que planète continuera à évoluer et à changer au fil des milliards d’années à venir. La question est de savoir quel rôle nous allons jouer dans cet avenir.

EARTH ANIMATIONS COURTESY: @ZhengZoo