DERNIERE MINUTE

A la découverte d'une clinique équine

Ce poulain s’est brisé la jambe droite peu après sa naissance, un type de fracture qui, généralement, condamne un jeune équidé.

Vous lisez:

A la découverte d'une clinique équine

Taille du texte Aa Aa

Ce poulain s’est brisé la jambe droite peu après sa naissance, un type de fracture qui, généralement, condamne un jeune équidé. Lui été sauvé par les chirurgiens de cette clinique vétérinaire basée en Hongrie.
Pour changer le plâtre, les vétérinaires doivent endormir le poulain. Sa mère doit également être anesthésiée sinon elle se battrait pour protéger son petit.

D’habitude, les chevaux ne se couchent pas. Allongés un long moment, leur sang circule mal, leurs muscles et leurs poumons peuvent s’endommager. Donc, même pour une opération simple comme celle-ci, maintenir le cheval endormi nécessite beaucoup d’hommes et des machines complexes.
Les chevaux ont également besoin d’assistance à leur réveil: ils pourraient se briser les pattes en essayant de se tenir debout alors que les effets des narcotiques ne sont pas encore totalement dissipés.

Il est très compliqué de déplacer un cheval adulte endormi. Les patients sont anesthésiés dans ce couloir puis déplacés à l’aide de cette machine fonctionnant avec un rail fixé au plafond. Une fois l’animal sur la table d’opération, l’anesthésiste prépare le terrain pour le chirurgien.

Ce cheval a une énorme bosse au cou, que les vétérinaires envisagent d’ouvrir . Les radios ne montrent rien à l’intérieur.
Comme l’explique le directeur de la clinique, le Dr Bodó, ils se fient à la décision des chirurgiens: ils ouvrent la bosse et se poseront des questions seulement après.

Pendant ce temps, les chirurgiens opérent la bosse. L‘épine d’un acacia a causé l’inflammation. Le système immunitaire du cheval a tenté d’isoler le corps étranger, causant cette excroissance de peau. Les rayons X n’ont pu déceler l‘épine qui n’est pas métallique. L’opération aura duré deux heures. .

Les chevaux sont les animaux domestiques les plus coûteux et la question est donc de savoir si les propriétaires sont prêts à payer le prix de telles opérations. Des cliniques de ce type sont rares et cette chirurgie est loin d‘être une tâche quotidienne.

Ce patient est chanceux: il est maintenant en salle de réveil. Des personnes sont assises sur lui afin de l’empêcher de se lever encore groggy. Dans quelques jours, il pourra retourner brouter paisiblement dans son pré.