DERNIERE MINUTE

"Une douleur sans haine", hommage au policier tué sur les Champs-Elysées

Discours émouvant du compagnon du policier français tué sur les Champs Elysées la semaine dernière. Il a dit souffrir "sans haine", lors de l'hommage national rendu à Xavier Jugelé.

Vous lisez:

"Une douleur sans haine", hommage au policier tué sur les Champs-Elysées

Taille du texte Aa Aa

François Hollande a rendu un hommage national au policier abattu par un terroriste jeudi dernier sur les Champs Elysées, qu’il a décrit comme un “héros du quotidien”.

François Hollande a fait Xavier Jugelé chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume.

Cérémonie en présence d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen

La cérémonie s’est déroulée dans la cour de la préfecture de police de Paris, en présence d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, les deux candidats qualifiés pour le second tour de l‘élection présidentielle et invités par François Hollande.

Un policier engagé

Xavier Jugelé avait 37 ans. C‘était un policier engagé notamment pour les droits des homosexuels. Il était adhérant à “Flag!”, l’association des policiers lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) et au syndicat Alliance.

"Vous n'aurez pas ma haine"

Son compagnon, avec qui il était pacsé, a décrit un homme “joyeux”, “mû par l’intérêt général”.

“Lorsque sont parus les premiers messages informant les Parisiens qu’un événement grave était en cours sur les Champs-Elysées et qu’un policier avait perdu la vie, une petite voix m’a dit que c‘était toi. Et elle m’a rappelée cette formule généreuse et guérisseuse “Vous n’aurez pas ma haine”, a déclaré Etienne Cardiles.

Une formule empruntée à Antoine Leiris dont la femme a été tuée dans l’attaque du Bataclan en novembre 2015.

Xavier Jugelé a été tué de deux balles dans la tête par Karim Cheurfi jeudi dernier. L’homme, qui a également blessé deux autres policiers, a ensuite été abattu.

L’attentat a été revendiqué par le groupe Etat Islamique, à trois jours du premier tour de l‘élection présidentielle.

En 2016, 8 policiers et 14 gendarmes sont morts dans l’exercice de leur fonction.

Les attentats ont fait 238 victimes en France depuis janvier 2015.

Avec agences.