DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quand le jean passe au vert...


target

Quand le jean passe au vert...

Le jean, pièce incontournable des nos vestiaires et qui d’années en années, n’a jamais disparu des podiums… a son salon à Paris. 84 exposants se sont retrouvés autour cet humble pièce de tissu au “Denim Première Vision, un salon qui réunit les professionnels du jean venus de 19 pays. Le thème cette année : la R-Evolution, une entrée en matière pour parler des innovations et nouvelles technologies qui feront le jean de demain.

Le Maroc, qui est l’un des plus gros acteurs dans l’industrie du textile en Afrique avait une place de choix. 13% des exposants étaient issus des meilleurs entreprises marrocaines de jean, choisies par le centre de promotion des exports marocains, “Maroc Export”. Fabricants d’accessoirs, blanchisseurs, finisseurs rassemblés dans le Moroccan Denim Cluster créé en 2015.

“Moroccan Denim Cluster, MDC, a deux buts principaux : procéder à une mise à niveau dans un premier temps pour que le denim marocain soit plus présent à l’international sur des marchés où il n’est pas présent aujourd’hui. Et réfléchir à des solutions, nous avons créé une cellule d’innovations, de recherches et développement pour rendre cette industrie moins polluante et plus propre,” explique Serge Chouchana, président de Moroccan Denim Cluster.

Tournés vers les nouveaux textiles, les fabricants de jean du Maroc pensent écologie. L’entreprise NewWash a créé “Koala”, une nouvelle ligne de jean tendance qui se sert des technologies innovantes. Le jean durable est aujourd’hui une priorité.

“On a présenté dans ce salon une collection qui respecte l’homme et la nature, une collection qui utilise des procédés de lavage écologique, propres avec des technologies, c’est là ou l’on parle d’innovation écologique,” explique Zakaria Ghattas, au marketing de New Wash Group.

La fabrication du jean est l’une des industries les plus polluantes. On utilise des litres d’au et des produits toxiques pour le créer et le délaver. Pour ouvrir les yeux sur l’importance de produire des jeans “propres”, l’agende Marocaine pour le développement et les investissements propose aux marques des solutions concrètes 100% marocaines qui cherchent à allier innovations technologiques, production responsable et créativité. Elle a lancé une collection en collaboration avec les stylistes français Marithé + François Girbaud. Elle s’appuie sur une technique écologique pour recycler le jean et utiliser la technologie laser pour délaver les jeans.

“Je pense que le Maroc a pris conscience qu’il fallait faire quelque chose, lors de la COP 22. Parce que c’est à l’occasion de la COP22 que l’on a commencé ce projet, c’est une histoire de rencontres, et en plus ils étaient les premiers à l‘écoute de ce projet, parce qu’on a presenté pas mal de choses avec des machine laser et je crois qu’ ils ont été à l‘écoute tout de suite”, raconte Marithé Girbaud, la présidente de Made Lane.

“Nous travaillons avec le Maroc déjà depuis 1995, parce que le Maroc a une démarche de progrès qui nous paraît très intéressante, de progrès technologique et de progrès également de circuit court” explique Roland Beaumanoir, le président du groupe Beaumanoir.

L’industrie du textile représente presque 7% du PIB marocain. En 2016, les exportations de textile ont atteint 3,5 milliards de dollars.

L’objectif du Maroc : avoir un secteur du jean 100% durable en 2025.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

target

Quand le Maroc séduit la Russie