DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Judo : la belle histoire de Miryam Roper


Sport

Judo : la belle histoire de Miryam Roper

Miryam Roper marque de son empreinte la dernière levée du Grand Chelem programmée avant les Mondiaux en s’imposant à Ekaterinbourg dans la catégorie des moins de 57 kilos.

En finale, elle bat par ippon la Japonaise Nae Udaka, championne du monde en 2014, avant de fondre en larmes en mesurant le chemin parcouru.

A bientôt 35 ans, elle a été plusieurs fois médaillée lors des grands rendez-vous.

Mais la fédération allemande lui a retiré son soutien l‘été dernier après les Jeux olympiques de Rio pour miser sur la jeunesse.

Du coup, Miryam Roper, qui s’est présentée en Russie sans entraîneur à ses côtés, a dû changer de nationalité.

Miryam Roper : “Je suis fière du judo pratiqué aujourd’hui et je suis vraiment heureuse de représenter désormais le Panama, le pays de mon père. Gagner la première médaille pour le Panama, et le fait que ce soit directement une médaille d’or, c’est incroyable. J’ai du mal à décrire mes sentiments.”

Chez les lourds, il y a l’invincible Teddy Riner, et son équivalent chez les moins de 73 kilos se nomme Soichi Hashimoto.

Le Japonais n’a pas perdu un seul combat depuis deux ans et ce n’est pas à Ekaterinbourg que sa série prendra fin.

Le numéro 2 mondial – Rustam Orujov étant toujours numéro 1 – signe ce samedi son troisième succès dans un tournoi du Grand Chelem.

En demi-finale, il inflige un tai-otoshi pour ippon à l’ancien champion panaméricain, le Canadien Arthur Margelidon.

En finale, il livre un véritable récital contre le Brésilien Marcelo Contini avec deux waza-aris, puis un sode-tsurikomi-goshi pour ippon.

Belle performance d’ensemble des Français dans cette catégorie avec Pierre Duprat et Benjamin Axus qui se partagent la troisième marche du podium.

Le Japon domine la planète judo depuis des années avec des combattants aussi talentueux que Ryuju Nagayama.

Celui qui s‘était déjà imposé chez les moins de 60 kilos lors du Grand Chelem de Tokyo récidive lors du tournoi d’Ekaterinbourg.

A 21 ans, il entame sa finale tambour battant avec un uchi-mata contre le Géorgien Amiran Papinashvili au bout de 40 secondes, puis il inscrit deux autres waza-aris pour une victoire sans discussion.

Le Français Cédric Revol obtient la médaille de bronze après être passé par les repêchages.

Erika Miranda étoffe encore un peu plus son palmarès en y ajoutant une quatrième manche du Grand Chelem.

La Brésilienne, plusieurs fois médaillée lors des championnats du monde ou des Jeux olympiques, s’impose aux dépens de la Russe Alesya Kuznetsova.

La vice-championne d’Europe vient tout juste de changer de catégorie en passant des 48 aux 52 kilos.

En lutte avec Astride Gneto pour une place aux Mondiaux, la Française Amandine Buchard marque des points avec sa troisième place.

Dixième médaille dans un tournoi de cette importance pour l’Allemande Martyna Trajdos.

Elle triomphe chez les moins de 63 kilos en dominant la Russe Ekaterina Valkova, pourtant soutenue par le public.

A noter enfin les succès de la Japonaise Ami Kondo chez les moins de 48 kilos et du Russe Abdula Abdulzhalilov chez les moins de 66 kilos.

Sport

Fleuret : la victoire pour Batini, le podium pour Thibus