DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Jens Stoltenberg: "L'OTAN va rejoindre la coalition contre Daesh"


Le bureau de Bruxelles

Jens Stoltenberg: "L'OTAN va rejoindre la coalition contre Daesh"

A l’occasion du sommet de l’OTAN, nous avons rencontré son Secrétaire général, Jens Stoltenberg, pour faire le point sur les relations avec les Etats-Unis, la Russie et sur la lutte contre le terrorisme.

- Euronews : “Monsieur le Secrétaire Général, vous allez inaugurer votre nouveau quartier général dans un contexte très sombre. Suite à l’attentat de Manchester, n’est-ce pas le moment pour l’OTAN de rejoindre la coalition contre le groupe terroriste Etat Islamique?”

- Jens Stoltenberg : “L’OTAN doit décider aujourd’hui de rejoindre la coalition contre Daesh. Cela fait partie d’un plan d’action en plusieurs volets. L’un consiste à rejoindre la coalition, l’autre à fournir un soutien logistique à la coalition, notamment avec nos avions de surveillance. Nous pouvons offrir plus d’heures de vols et un ravitaillement dans les airs. On va mettre sur pied une cellule de renseignement dédiée au terrorisme et aux personnes parties combattre. Donc nous sommes très proactifs dans la lutte contre le terrorisme international”.

- Euronews : “Vous comptez envoyer des hommes au sol ou est-ce juste symbolique?”

- Jens Stoltenberg : “Ce n’est pas symbolique, c’est un message politique fort pour l’unité dans la lutte contre le terrorisme et une plateforme pour améliorer la coopération et le soutien logistique, coordonner les efforts de l’OTAN avec ses partenaires de la coalition. L’OTAN n’aura pas un rôle de combat mais plutôt des missions d’entraînement”.

- Euronews : “Vous allez rencontrer le nouveau président américain. Il demande d’ailleurs aux européens d’augmenter leurs dépenses militaires…”

- Jens Stoltenberg : “Il attend que les Alliés européens ainsi que le Canada concrétisent les engagements pris en 2014. Je pense que c’est important. Pas seulement pour satisfaire les Etats-Unis mais parce que c’est dans l’intérêt de l’Europe d’investir dans sa propre sécurité, surtout dans un monde de plus en plus dangereux. C’est ce que nous faisons. 2015 a été la première année depuis longtemps sans aucune diminution des dépenses militaires chez les européens. En 2016, les budgets ont augmenté. Donc les Alliés européens ont pris un nouveau virage et leurs dépenses dans la défense augmentent à nouveau. On va dans la bonne direction”.

- Euronews : “Donald Trump ne considère pas la Russie comme une menace. Vous allez le convaincre du contraire ou adopter son point de vue?”

- Jens Stoltenberg : “La position de l’OTAN sur la Russie est très claire. Il nous faut un solide moyen de dissuasion combiné au dialogue. On ne peut pas choisir entre le dialogue ou la dissuasion, il faut les deux. Il n’y a pas de contradiction entre une défense forte et un dialogue politique. J’ai rencontré le président Trump il y a quelques semaines à la Maison Blanche. Il partage et soutient l’approche de l’OTAN face à la Russie. La Russie est notre plus grand voisin et elle va le rester. L’OTAN ne veut pas d’une nouvelle Guerre Froide ou d’une course à l’armement. Donc il faut entamer un dialogue politique avec la Russie mais basé sur la notre défense collective et une dissuasion crédible”.

Le bureau de Bruxelles

Trump rencontre les présidents de l'UE