DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"The Florida project", visage d'une Amérique invisible


cinema

"The Florida project", visage d'une Amérique invisible

Projeté dans le cadre de la quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes, The Florida project dresse un portrait sensible et éclatant d’une Amérique invisible, celle des sans domicile fixe. Moonee, six ans, vit avec sa mère Halley, une femme rebelle et précaire à peine sortie de l’enfance, dans un petit motel bariolé de la banlieue d’Orlando, à deux pas de Disneyland. Elle passe son été à errer avec les enfants du coin, pour tuer l’ennui. Mais les problèmes arrivent, lorsque Halley commence à se prostituer pour payer le loyer de la chambre. Grâce à un récit puissant et à des acteurs impeccables, pour la plupart amateurs, le réalisateur Sean Baker livre un portrait plus vrai que nature de ceux qui tentent de survivre en marge de la société.

Le choix de la rédaction

Prochain article
"Loveless", portrait implacable d'une Russie déshumanisée

cinema

"Loveless", portrait implacable d'une Russie déshumanisée