DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Discorde sur l’allègement de la dette grecque


Le bureau de Bruxelles

Discorde sur l’allègement de la dette grecque

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Les discussions s’annoncent âpres et difficiles sur la question de la dette grecque. Le dossier est une nouvelle fois à l’ordre du jour de la réunion des ministres des Finances de la zone euro, en présence de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). Depuis plusieurs mois les négociations achoppent sur les conditions du versement d’une nouvelle tranche d’aide. Pour le ministre français de l’Economie il est temps de sortir de l’impasse. “Je souhaite que l’on passe d’une gestion au jour le jour de la crise de la dette grecque à des perspectives de long terme pour le peuple grec et pour tous les pays européens”, explique Bruno Le Maire. Le FMI souhaite que le versement soit accompagné d’un allègement de la dette grecque. Une option rejetée par l’Allemagne. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, souligne le “nombre croissant de voix en Grèce pour adhérer à l’accord. L’Allemagne n’a jamais failli à cet égard et si les Grecs sont prêts maintenant à honorer l’accord nous nous épargnerons beaucoup de temps à l’avenir”. Berlin souhaite cependant une participation financière du FMI au 3e plan d’aide à la Grèce, un plan de 86 milliards d’euros signé en 2015.
Pour le président de l’Eurogroupe cette réunion marque aussi une nouvelle étape. “Nous approchons de la fin du programme et nous devons aider et soutenir la Grèce pour faire de cette sortie un succès l’année prochaine”, précise Jeroen Dijsselbloem. Mais le temps presse. Athènes doit rembourser au mois de juillet 7 milliards d’euros.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Le bureau de Bruxelles

L’UE divisée sur les travailleurs détachés