DERNIERE MINUTE

Conseil européen : une première journée sur fond de Brexit

Vous lisez:

Conseil européen : une première journée sur fond de Brexit

Taille du texte Aa Aa

La Première ministre britannique Theresa May a dévoilé pour la première fois une partie de son plan pour le Brexit jeudi devant ses partenaires européens, qui ont assuré avoir retrouvé l’optimisme sur l’avenir de l’UE, lors d’un sommet à Bruxelles.
Mme May a assuré que les citoyens européens pourraient rester au Royaume-Uni après le divorce avec l’UE, en exposant la position de Londres dans ce dossier prioritaire des négociations historiques lancées lundi pour organiser le retrait britannique en mars 2019. La dirigeante conservatrice, empêtrée dans les difficultés internes, a donné “un engagement clair qu’il ne sera demandé à aucun citoyen de l’UE qui se trouve actuellement au Royaume-Uni de façon légale de quitter” le pays. Et “tous les citoyens de l’UE se trouvant légalement ici, au moment où le Royaume-Uni part, auront la possibilité de régulariser leur statut pour rester dans le pays”, a-t-elle ajouté, selon une source gouvernementale britannique.

Mais l’offre de Mme May, qu’elle considère comme “équitable et sérieuse”, risque de ne pas satisfaire les 27. Notamment parce que Mme May rejette toute compétence de la Cour de justice de l’UE sur l’accord que Londres et Bruxelles trouveraient sur les droits des plus de trois millions de citoyens européens au Royaume-Uni. La chancelière allemande Angela Merkel a toutefois voulu y voir un “bon début”. “Mais bien sûr, il reste encore beaucoup, beaucoup d’autres questions” à régler, a averti Mme Merkel. “Il doit être clair que le sommet européen n’est pas un forum pour les négociations du Brexit”, a insisté de son côté le président du Conseil, Donald Tusk. Les 27 ont préféré tout au long de la journée vanter un nouvel espoir dans leur avenir commun, après la série noire de crises qui ont ébranlé l’UE. Donald Tusk a ainsi confié n’avoir “jamais eu la conviction aussi forte que les choses prennent une meilleure direction”.

Lors du sommet, l’ensemble des dirigeants ont par ailleurs appelé les acteurs d’internet à assumer leurs responsabilités dans la lutte contre le terrorisme en ligne, menaçant d’adopter une législation européenne pour les y contraindre. “Nous appelons les entreprises de médias sociaux à faire tout ce qui est nécessaire pour empêcher la diffusion de contenu terroriste sur internet”, a déclaré M. Tusk, alors que l’Europe est confrontée à une vague d’attaques jihadistes. Les dirigeants européens ont aussi promis jeudi de “renforcer la coopération au sein de l’UE en matière de sécurité extérieure et de défense”. Ils ont notamment appelé à la mise en oeuvre rapide d’un Fonds européen de la Défense, proposé récemment par la Commission européenne, qui veut à moyen terme en faire un puissant levier pour financer la recherche et développement, et soutenir l’industrie européenne de la défense.

Avec AFP