DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Liste d'exigences et ultimatum au Qatar


Qatar

Liste d'exigences et ultimatum au Qatar

Un nouvel épisode de la crise diplomatique dans le Golfe. Les quatre Etats arabes qui ont mis au ban le Qatar le 5 juin dernier lui ont fait parvenir une liste d’exigences pour lever leur blocus. L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte ont adressé treize requêtes à l‘émirat.

Les Etats arabes réclament notamment la fermeture d’une base militaire turque sur le territoire qatari. Les premières troupes sont arrivées il y a seulement quelques jours, dans le cadre d’un accord signé entre les deux pays. Ankara a déjà prévenu n’avoir aucune intention de revoir l’accord militaire passé avec l‘émirat.

Autre exigence qui apparaît irréalisable, la fermeture d’Al Jazeera. La chaîne d’information en continue est accusée d’avoir une orientation “islamiste”. Accusé de soutenir le terrorisme, Doha se voit aussi exigé de réduire ses liens avec l’Iran et de rompre ceux présumés avec les Frères musulmans, l’Etat islamique, Al Qaïda ou encore le Hezbollah, des relations que le Qatar a toujours nié. Un ultimatum de dix jours a été donné au Qatar pour répondre à ces demandes transmises par la médiation du Koweït.

La liste complète

  1. Réduire les liens diplomatiques avec l’Iran et fermer toutes les missions diplomatiques dans ce pays
  2. Couper les liens avec les organisations terroristes telles les Frères Musulmans, le groupe Etat Islamique, Al-Qaïda, le Hezbollah, le Hamas. Les reconnaître formellement comme groupes terroristes.
  3. Fermer la chaîne d’information Al Jazeera.
  4. Fermer les sites d’information financés par le Qatar tels que Arabia21, Rassd, Al Araby…
  5. Mettre un terme à la présence militaire turque au Qatar et à la coopération turque au Qatar.
  6. Cesser le financement des personnes, groupes ou organisations reconnus comme terroristes par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Egypte et Bahreïn ainsi que les Etats-Unis et d’autres pays
  7. Remettre les terroristes et personnes recherchées par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Egypte et Bahreïn à leur pays d’origine avec les informations les concernant (lieu de résidence, moyens financiers…). Geler leurs avoirs.
  8. Stopper tout ingérence dans les affaires internes de pays souverains. Cesser d’accorder la nationalité qatarie à des personnes recherchées par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Egypte et Bahreïn. Révoquer la nationalité accordée à des citoyens de ces pays si cette dernière est contraire à la loi des pays concernés.
  9. Couper tout contact avec l’opposition politique en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis, en Egypte et Bahreïn. Remettre tout document prouvant les contacts déjà établis avec l’opposition.
  10. Payer des réparations et compensations pour toute vie perdue, perte financière ou autre causée par la politique Qatarie ces dernières années. La somme sera déterminée avec le Qatar.
  11. Mise en place d’audits mensuels la première année suivant l’accord, puis tous les trimestres la seconde année puis annuellement pour les dix ans suivants.
  12. Alignement militaire, politique, social et économique avec les pays arabes et les pays du Golf, en conformité avec l’accord passé avec l’Arabie saoudite en 2014
  13. Accepter ces conditions dans les 10 jours suivant leur soumission au Qatar sous peine d’invalidation de la liste
Haïti réclame à l'ONU justice pour les victimes du choléra

Haïti

Haïti réclame à l'ONU justice pour les victimes du choléra