DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Dernière trouvaille de Trump, des panneaux solaires sur le mur du Mexique


Etats-Unis

Dernière trouvaille de Trump, des panneaux solaires sur le mur du Mexique

Et la lumière fut… dans la tête de Donald Trump ! Toujours obsédé par son idée de construire un mur anti-migrants clandestins sur près de 3 200 kilomètres de frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, le président américain vient d’avoir une vision : pourquoi ne pas le couvrir de panneaux solaires afin de l’autofinancer.

Donald Trump, avec la modestie qui le caractérise, trouve son idée “brillante”. Il l’a dévoilée en plein meeting dans la ville de Cedar Rapids, état de l’Iowa :

“Je vais vous donner une idée dont personne n’a encore entendu parler. La frontière sud, beaucoup de chaleur, beaucoup de soleil… Nous réfléchissons à la construction du mur comme un mur solaire (…) Cela générerait de l‘énergie et cela le financerait”.

Trop coûteux, pas assez rentable

Seulement voilà, avoir des projets, c’est bien mais il faut savoir préalablement comment les réaliser. Plusieurs professionnels américains du secteur de l‘énergie solaire et associations qui encouragent le développement des énergies renouvelables sont sceptiques, ou réalistes et donc peu partisans de se lancer dans une aventure qui augmenterait considérablement le coût total du mur.

Selon une évaluation publiée par le site Business Insider, de 1,5 à 4 milliards de dollars s’ajouteraient au coût global du chantier déjà exorbitant, estimé – la fourchette est très large – entre 10 et 40 milliards de dollars.

Pour que cette réalisation soit rentable, il est nécessaire que les acheteurs d‘énergie solaire et les utilisateurs ne soient pas trop loin de la source de production, or les panneaux solaires vont être disséminés, souvent en pleine zone désertique, sur des milliers de kilomètres à travers de nombreux Etats.

“Les longues distances entre cette frontière et les endroits où l‘énergie sera consommée risquent de rendre ce projet peu rentable”, met en garde le groupe de réflexion américain Council on Foreign Relations. Et il faut ajouter les règlementations casse-tête que devront suivre les différents partenaires éventuels, compagnies productrices d‘énergie, distributeurs, et qui risquent de tout ralentir.


Autrement dit, le président américain va avoir fort à faire pour imposer sa nouvelle trouvaille, censée financer le mur de la discorde entre Washington et Mexico. Donald Trump a déjà échoué à convaincre le Congrès américain et la présidence mexicaine.