DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : par amour, l'ex-militante FN avait aidé un migrant


France

France : par amour, l'ex-militante FN avait aidé un migrant

Pour avoir aidé un Iranien à traverser la Manche, une Française de 45 ans risque jusqu‘à dix ans de prison.
Mais Béatrice Huret, une ex-militante du Front national le jure : c’est uniquement par amour qu’elle s’est décidée à acheter un petit bateau à son amant pour lui permettre de se rendre au Royaume-Uni.

C’est au printemps 2016 que la vie de Béatrice Huret bascule : elle tombe amoureuse de Mokhtar en plein démantèlement de la jungle de Calais. Avec d’autres Iraniens il s’est cousu la bouche pour protester contre son sort. Un choc doublé d’un coup de foudre pour Béatrice.


Mais cette histoire d’amour comporte des zones d’ombres et la justice décide finalement d’accuser Béatrice de passage de clandestins “en bande organisée”.
Un an après les faits, la mère de famille comparaît mardi devant un tribunal correctionnel aux côtés de trois autres prévenus impliqué dans cette affaire.

Béatrice Huret : “Pour moi dès le départ, ce n‘était pas quelque chose de répréhensible. Je savais qu’il ne fallait pas le faire mais je ne m’attendais pas à des conséquences pareilles. Ce que j’attends au niveau du tribunal (…) c’est d‘être tirée de ce terme de bande organisée, c’est le truc qui me gène le plus, d‘être mis dans le même sac avec des gens qui ont fait des passages payants, qui ont profité de la misère des réfugiés.”

Placée en garde à vue en août dernier, cette mère de famille a depuis décidé de raconter son histoire dans un livre. Un véritable plaidoyer qui devra maintenant convaincre les magistrats de Boulogne -sur-Mer.

Quant à Mokhtar, le coup de pouce de Béatrice a été payant : avec deux autres amis, il est parvenu à gagner l’Angleterre malgré une traversée périlleuse. Il y a obtenu le statut de réfugié. Et Béatrice lui rend régulièrement visite.

Avec Agences