DERNIERE MINUTE

Depuis lundi, en Colombie, tous les guérilleros des Farc ont désormais rendu leurs armes conformément à l’accord de paix signé en novembre dernier.

Selon l’ONU, qui supervise le processus, ce sont 7132 armes au total qui ont été déposées.

Une étape décisive qui devrait permettre de tourner la page du plus ancien conflit armé d’Amérique latine qui a fait au moins 260 000 morts et plus de 60 000 disparus.


Juan Manuel Santos, président colombien : “Personne ne sait si ce sera à 100% ou pas, mais chacun des membres de la guérilla s’est enregistré. Ils doivent signer une promesse de ne plus jamais utiliser leur arme et chaque arme est enregistrée. C’est un processus très sérieux.”

[A voir ici, l’interview d’euronews du président Colombien]

Mais ce renoncement aux armes n’est qu’une étape. Il s’agit maintenant d’accompagner le retour à la vie civile de quelque 7000 guérilleros dont un grand nombre va bénéficier d’une amnistie.

Mais en Colombie la paix ne sera vraiment complète que lorsqu’un accord similaire sera signé avec la dernière guérilla active du pays, l’Armée de libération nationale, qui compte encore 1 500 combattants.

Repère
L’accord prévoit une réparation morale et matérielle des victimes, et des sanctions contre les responsables de crimes graves.
Des tribunaux spéciaux devaient être créés pour juger les guérilleros, les agents de l’Etat et les particuliers impliqués dans des crimes.
Lors des prochaines élections, au moins cinq sièges seront réservés aux nouveaux représentants des Farc (à l’assemblée et au sénat).

Avec Agences