DERNIERE MINUTE

Quand les jeunes de Molenbeek deviennent des "Molengeeks"

À Molenbeek à Bruxelles, un incubateur appelé Molengeek donne de nouvelles perspectives aux jeunes porteurs de projet dans l'informatique.

Vous lisez:

Quand les jeunes de Molenbeek deviennent des "Molengeeks"

Taille du texte Aa Aa

Les entreprises sociales travaillent à réduire les inégalités dans la société grâce à leurs produits, leurs services ou leurs modèles commerciaux. Dans cette édition de Business Planet, nous découvrons l’une de ses représentantes, Molengeek, un incubateur associé à un centre de formation installé dans le quartier de Molenbeek à Bruxelles. Le lieu est ouvert à tous et se développe à vitesse grand V.

  • Des tendances de fond comme la numérisation et l’automatisation sont en train de bouleverser nos modes de vie, de travail et d’apprentissage. Ces évolutions rapides obligent bon nombre d’entre nous à acquérir de nouvelles compétences.
  • Les technologies de l’information et de la communication modifient la manière dont les personnes interagissent entre elles et dans le même temps, créent de nouvelles opportunités et des solutions innovantes qui pour la plupart, permettent de relever différents défis de société.
  • Pour désigner ces solutions qui contribuent à mieux répondre à des besoins sociaux, on parle d’innovations sociales.
  • Il existe de nombreux exemples d’entreprises sociales ou d’innovateurs sociaux qui s’efforcent de réduire les inégalités et de lutter contre l’exclusion grâce à leurs produits, leurs services ou leurs modèles sociaux.
  • Molengeek est l’un d’entre eux : il s’agit d’un espace de co-working dans le quartier de Bruxelles, Molenbeek, où des jeunes acquièrent des compétences en informatique comme le codage et où ils peuvent devenir entrepreneurs en développant leur propre projet dans les nouvelles technologies.

Liens utiles

Dans le quartier de Molenbeek à Bruxelles, notre reporter Faruk Can a rendez-vous avec Ibrahim Ouassari, cofondateur de Molengeek, un incubateur et lieu de formation dédié aux technologies numériques.

Faruk Can, euronews :
“Quel est le but de Molengeek ?”

Ibrahim Ouassari, cofondateur de Molengeek :
“La mission première de Molengeek, c’est de rendre accessible les technologies, l’entreprenariat et l’innovation à tous. Peu importe son parcours académique -diplôme ou pas -, l’important, c’est d‘être un entrepreneur et d’avoir des projets.”

Plateforme de mise en relation entreprises-étudiants

Découvrons l’un de ces entrepreneurs. Etudiant en droit, Charles Vosters a fait germer avec deux amis, l’idée de créer une plateforme en ligne qui permet aux entreprises de solliciter les services de jeunes prestataires qualifiés pour des missions freelance dans l’informatique, le marketing, les communications et l’audiovisuel. “On aide les étudiants à devenir entrepreneurs et à développer leurs compétences grâce des missions de freelancing, explique Charles Vosters, cofondateur de Skilliz. On cherchait un endroit pour développer ce projet et on est tombé sur Moleengeek à Molenbeek,” dit-il. La plateforme Skilliz a vu le jour il y a cinq mois et génère déjà des recettes.

Grâce à Molengeek, ses fondateurs ont pu peaufiner leur concept et élargir leur réseau d’entrepreneurs. Il faut dire que deux ans après sa création, l’incubateur compte déjà plus de deux cent membres dans sa communauté, est en train de mener quinze projets et regroupe quatre entreprises.

Faruk Can demande à Charles Vosters, ses objectifs à court terme. “Aujourd’hui, on a 400 étudiants et 25 entreprises clientes et d’ici la fin de l’année, on aimerait arriver à 3000 étudiants et 200 entreprises clientes,” répond le jeune chef d’entreprise.

“Ce monde des technologies m’a apporté tellement d’opportunités”

Faruk Can reprend son entretien avec Ibrahim Ouassari, le cofondateur de Molengeek.

Faruk Can :
“Pourquoi créer un incubateur ouvert à tous ?”

Ibrahim Ouassari :
“C’est basé sur mon expérience : j’ai arrêté l‘école à 13 ans et à 20 ans, j’ai découvert l’informatique un peu par hasard et ce monde des technologies m’a apporté tellement d’opportunités. J’ai quatre entreprises et une vingtaine d’employés et c’est cela que je veux partager avec les autres et qu’ils puissent voir que c’est vraiment accessible à tous.”

Pour ses créateurs Ibrahim Ouassari et Julie Foulon, le mot d’ordre de Molengeek, c’est bien le partage : tous ceux qui veulent progresser en compétences numériques et mener un projet sont formés en échange de travaux bénévoles au sein de la communauté Molengeek.

Coding School

A la Coding School, on apprend le codage sans condition de diplôme et totalement gratuitement. Le concept de Molengeek séduit au point d‘être surnommé la Silicon Valley de Bruxelles : l’initiative a reçu le soutien du gouvernement belge et de géants comme Google et Samsung et des projets sont en cours avec la Commission européenne.

Faruk Can :
“Quelle est la prochaine étape pour Molengeek ?”

Ibrahim Ouassari :
“Les prochaines étapes pour Moleengeek, c’est d’agrandir la coding school parce qu’on a une énorme demande et on aimerait satisfaire les demandes de chacun. On a un autre projet : créer un fonds d’investissement d’amorçage car pour les start-up de Moleengeek, il est très difficile de lever des fonds car certains n’ont pas de diplôme et en plus, ils viennent de Moleenbeek.”