DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Non, Simone Veil ne sera pas instrumentalisée !


France

Non, Simone Veil ne sera pas instrumentalisée !

Le site anti-IVG, créé par Emile Duport du collectif “Les Survivants”, a été suspendu moins de 24h après sa mise en ligne.

Nous avons été informés par la famille de Simone Veil de l’existence de ce nom de domaine et des contenus associés, utilisant son nom et son image sans autorisation. Sur la base de ce signalement, nous avons été amenés à prendre des mesures de suspension. Il s’agit là d’une procédure tout à fait normale et le client a été averti de la suspension du site internet par nos services, a expliqué l’hébergeur du site simoneveil.com, OVH, au journal Ouest-France.

Le collectif décrié a partagé son “désarroi” sur Twitter :




Hier, nous vous rapportions que l’hommage national rendu à Simone Veil était à peine terminé mercredi aux Invalides qu’un webdocumentaire sur sa vie faisait son apparition sur internet.
Le site, qui semblait, à première vue, faire le résumé de la vie de cette icône de la vie politique française, cachait un tout autre dessein : celui de militer contre les avortements.

Créé par le collectif “Les Survivants”, qui s’est graphiquement inspiré du célèbre portrait “Hope” de Barack Obama, ce webdocumentaire est un coup de communication qui proposait de “découvrir la vérité sur Simone Veil”, une femme qui, disent-ils, a été trahie dans ses intentions et dont la loi ne serait plus que mensonge tant elle a été modifiée… Et d‘évoquer les idées suicidaires et les tentatives de suicide des femmes ayant avorté, sans source, sans vergogne, sans mise en contexte,…

Simone Veil n’a pourtant jamais contesté les évolutions de sa loi sur l’avortement, si durement obtenue en 1974, elle n’a jamais critiqué le remboursement de l’IVG en 1982.
Et le site se garde bien de dire que le nombre d’avortement est stable depuis sa légalisation, qu’il a sauvé la vie de dizaines de milliers de femmes.

Le collectif Les Survivants est une émanation de la Manif pour tous. Il est contre le planning familial, et affirme que “nous sommes tous des survivants depuis 1975 puisqu’on avait une chance sur cinq d‘être avorté”…
Son porte-parole, Emile Duport est un publicitaire qui a commis d’autres sites anti-IVG. Et selon le site Streetpress, c’est même cet homme de 36 ans, qui a détourné le nom de Simone Veil. En tant que professionnel de la communication, on peut dire qu’il avait prévu le coup en achetant le nom de domaine simoneveil.com en septembre 2016.
Légalement, la justice pourrait exiger du collectif de retirer le site si les fils de Simone Veil en formulaient la demande.


Le collectif Les Survivants et ce détournement ont créé l’indignation sur les réseaux sociaux et parfois des réactions violentes:









Venezuela : le Parlement évacué après 9 heures de siège

Venezuela

Venezuela : le Parlement évacué après 9 heures de siège