Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Le choléra décime le Yémen

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, REUTERS
Le choléra décime le Yémen

<p>Les bulldozers sont entrés en action, ce dimanche à Sanaa, pour éradiquer les déchêts et l’eau stagnante des rues de la ville. </p> <p><strong>Le Yémen est ravagé par le choléra, qui prolifère sur le ciment de la guerre</strong>. <br /> <strong>Les infrastructures sanitaires sont en déliquescence après plus de deux ans de conflit</strong>. </p> <p>Le choléra aurait déjà fait <strong>plus de 1700 victimes et 320 000 personnes</strong> seraient <strong>atteintes</strong> par l‘épidémie, <strong>d’après les Nations unies</strong>. <br /> A cela s’ajoute les pénuries alimentaires à répétition.</p> <p><em>“7 millions de personnes dont 2,3 millions d’enfants malnourris et 500 000 enfants de moins de 5 ans souffrant de grave dénutrition sont menacées par la famine, vulnérables aux maladies et susceptibles d‘être touchés par une mort lente et douloureuse”</em>, rapportait cette semaine Stephen O’Brien, le chef de l’aide humanitaire de l’<span class="caps">ONU</span> devant le conseil de sécurité.</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">He owns nothing<br /> He nearly lost everything<br /> A father’s view from <a href="https://twitter.com/hashtag/Yemen?src=hash">#Yemen</a>. <a href="https://t.co/qJVbhFKkL6">pic.twitter.com/qJVbhFKkL6</a></p>— <span class="caps">UNICEF</span> (@UNICEF) <a href="https://twitter.com/UNICEF/status/886571154974007296">16 juillet 2017</a></blockquote><br /> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p><strong>Les enfants sont les premières victimes colatérales de cette guerre civile</strong>. Plus d’un million de doses de vaccins n’ont pu être livrées au Yémen en raison du conflit qui oppose les forces gouvernementales soutenues par l’Arabie Saoudite et ses alliés aux rebelles chiites Houthis, appuyés par l’Iran. </p> <p>Le conflit a fait <strong>plus de 10 000 morts depuis mars 2015</strong>.</p> <p>Cécile Mathy avec <span class="caps">AFP</span> et Reuters.</p>