DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Scaramucci, nouveau dir’com de Trump, déverse un flot d’insultes sur ses collègues


Etats-Unis

Scaramucci, nouveau dir’com de Trump, déverse un flot d’insultes sur ses collègues

A peine nommé, le nouveau directeur de la communication de Donald Trump, Anthony Scaramucci a déjà dérapé en insultant, avec des propos très vulgaires, deux proches du président américain. L’affaire a éclaté après qu’Anthony Scaramucci se soit entretenu avec un journaliste du New Yorker.

Anthony Scaramucci, avec son style tiré à quatre épingles, était arrivé le 21 juillet dernier dans l’équipe du président Trump en affirmant vouloir “faire le ménage” et mettre fin aux trop nombreuses fuites qui plombent les premiers mois de la présidence Trump.

Le correspondant du New Yorker à Washington, Ryan Lizza, a créé une énième polémique en publiant un article ce jeudi sur une conversation téléphonique qu’il a eu, la veille, avec Scaramucci.

Le nouveau directeur de la communication de la Maison Blanche avait téléphoné au journaliste après que ce dernier ait révélé dans un tweet que le président Trump et sa femme avaient dîné avec des responsables de la chaîne Fox News. Scaramucci, très remonté, a demandé au journaliste “qui lui avait donné le tuyau”. Mais Ryan Lizza a bien sûr refusé de révéler ses sources. Sur ce, Scaramucci s’est emporté en promettant “d’éliminer tout le monde dans l‘équipe de communication et tout recommencer à zéro”, et de “tous les virer”.

Le dir’com s’est lâché encore plus ensuite en ciblant très grossièrement deux membres de la garde rapprochée de Donald Trump. Il s’en est pris d’abord à Reince Priebus en le qualifiant “de putain de schizophrène paranoïaque” en estimant que le secrétaire général de la Maison Blanche est celui qui a fait fuiter le fameux dîner. Car d’après Scaramucci, Reince Priebus avait été spécialement courroucé de pas avoir été invité à cette même table.

Toujours dans ce même entretien téléphonique, Scaramucci a confié qu’il ne voulait pas de l’attention des médias à son égard contrairement à d’autres importants membres de l’équipe Trump. “Je ne suis pas Steve Bannon, je n’essaie pas de me sucer la bite”, a-t-il lancé à l’endroit du très controversé stratège en chef de Donald Trump. “Je ne suis pas là pour servir mon seul intérêt en utilisant la putain d’énergie du président. Je suis là pour servir mon pays” a-t-il ajouté. Ambiance…

Ses propos ont fait l’effet d’une bombe. Et vu le tollé qu’il a provoqué, Anthony Scaramucci a voulu calmer la donne. Si il a reconnu sur twitter qu’il avait l’habitude d’employer un langage des plus fleuris, il a promis de ne plus le faire de le cadre de ses nouvelles attributions.


Il a également indiqué qu’il ne ferait plus confiance aux journalistes…


Anthony Scaramucci, natif de New York, a grandi dans une famille d’immigrés italiens. Diplômé d’Harvard, “Mooch”, pour les intimes, a fait ses classes à Wall Street, d’abord chez Goldman Sachs puis en créant son propre fonds d’investissement dans les années 90. Sa fortune personnelle a été évaluée entre 45 et 65 millions de dollars par le magazine Forbes. D’abord proche des démocrates, il avait notamment contribué à la campagne d’Obama et affiché son admiration pour Hillary Clinton, Scaramucci est depuis devenu un grand donateur du Parti républicain. En 2012, il a été le trésorier de la campagne de Mitt Roomey. Avant de rejoindre l’équipe de Donald Trump cette semaine, il avait levé des fonds pour les primaires de 2016.