DERNIERE MINUTE

Tous les détails du plan d'attaque de l'île de Guam

Vous lisez:

Tous les détails du plan d'attaque de l'île de Guam

Taille du texte Aa Aa

Ce qui frappe (si l’on peut dire) dans la toute dernière menace du régime nord-coréen de Kim Jong-un à l’encontre des Etats-Unis, c’est sa précision. Il est tout à fait inhabituel, s’accordent à dire plusieurs analystes américains et sud-coréens, que Pyongyang fasse connaître un plan d’attaque si détaillé.

Tout est dit dans le tweet ci-dessous, posté par Adam Mount, expert du Center for American Progress, un institut américain d’analyses politiques basé à Washington :



“Contrairement aux menaces floues et incendiaires de Donald Trump, écrit Adam Mount, celles de la Corée du Nord sont coercitives, claires, précises, et montrent un risque crédible d’escalade. Il est difficile d’y répondre”.


Voici le plan que le général Rak-Gyom, qui commande les forces balistiques de Corée du Nord (bien évidemment en concertation avec le dirigeant suprême), a révélé en partie :

-4 missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) seront tirés simultanément

-ils voleront pendant exactement 17 minutes et 45 secondes

-ils parcourront près de 3 357 kilomètres en survolant plusieurs préfectures du Japon, Shimane, Hiroshima et Koichi

-ils s’abîmeront à environ 30 ou 40 kilomètres de l‘île de Guam


L’armée du Nord en terrain de connaissance

Guam, base stratégique des forces américaines, se trouve effectivement à 3 500 kilomètres du territoire nord-coréen dans l’ouest de l’océan Pacifique. L’armée de Pyongyang a l’air sûre d’elle, elle s’appuie sur deux tirs de missiles ICBM effectués avec une certaine réussite en juillet dernier. Ils ont prouvé que le continent américain était dorénavant à sa portée.


Le régime de Kim Jong-un se paye même le luxe de narguer le président américain, Donald Trump, en expliquant qu’il apportera les dernières touches à son plan d’attaque d’ici la mi-août. Tiens, tiens, comme par hasard, c’est aussi à cette période que les manoeuvres conjointes des armées des Etats-Unis et de Corée du Sud se déroulent chaque année près de la péninsule coréenne.

"Même pas peur" sur l’île de Guam

Le petit territoire de l’archipel des Mariannes en a vu d’autres. Il y a une dizaine d’années, il a résisté à un séisme de magnitude 8,3 et les typhons l’ont souvent secoué. Alors, le gouverneur, Eddie Calvo, se veut rassurant : “Nous sommes prêts à toute éventualité, plus que toute autre communauté américaine”, a-t-il commenté.

Le gouverneur américain de Guam, Eddie Calvo :


Sur les près de 163 000 habitants, 6 000 sont des soldats de l’armée des Etats-Unis. Et ils ont des moyens, une base aérienne qui dispose de bombardiers lourds à longue portée B-1B et d’avions de chasse, et une base navale dotée de sous-marins. Guam a également une bonne parade contre les missiles nord-coréens, un bouclier très sophistiqué appelé THAAD; ce dernier peut pulvériser les engins de mort dans leur dernière phase de vol.


Si vous parlez anglais, faites un petit tour de l‘ìle :


En bonus, voici une amusante collection de timbres euronews créée par Erik Nelson :

via GIPHY