DERNIERE MINUTE

Santé : une pétition contre le nouveau Levothyrox

Vous lisez:

Santé : une pétition contre le nouveau Levothyrox

Taille du texte Aa Aa

En France, un médicament vendu sous prescription médicale pour le traitement de la thyroïde fait polémique. Une pétition contre la nouvelle composition du Levothyrox a déjà recueilli plus de 68 000 signatures.
Fatigue, perte de cheveux, problèmes digestifs… les signataires se plaignent d’effets indésirables et réclament le retour à l’ancienne formule.

“Cette question de changement de formule du Levothyrox pose la question beaucoup plus large de la qualité de vie des personnes qui vivent avec un substitut thyroïdien, explique Muriel Londres de l’Association ‘Vivre sans thyroïde’. Si par exemple on fait une revue de la littérature, en fait il n’y a pas d‘étude en France sur la qualité de vie des personnes qui vivent avec le Levothyrox. Et cette crise montre que certaines personnes ont des effets secondaires assez impactants quand ils sont déréglés et ce changement de formule nécessite qu’elles soient écoutées par les médecins et qu’on refasse un ajustement de dosage”.


Effets secondaires

  • maux de tête
  • nausées
  • fatigue
  • douleurs musculaires
  • troubles oculaires
  • vertiges
  • tachycardie et troubles du rythme cardiaque
  • tremblements
  • pertes de mémoire
  • pertes de cheveux
  • insomnies
  • excitabilité
  • température
  • sueurs
  • amaigrissement rapide
  • diarrhée

En attendant, et malgré les plaintes, l’agence française du médicament a exclu de re-modifier la composition du Levothyrox mais a ouvert un numéro vert, le 0800 97 16 53, joignable du lundi au vendredi de 9 heures à 19 heures.
L’agence précise que le principe actif du médicament n’a pas été changé et que seuls les excipients ont été remplacés. Par précaution, les patients à risque sont néanmoins invités à consulter leur médecin pour contrôler l‘équilibre thérapeutique du médicament.

Le laboratoire Merck KGaA assure avoir largement communiqué sur ce changement en mars dernier, en amont de la mise en vente de cette nouvelle formule et ce aussi bien auprès des professionnels de santé que de deux associations de patients. L’ANSM avait publié l’information sur son site, invitant déjà les patients à rencontrer leur médecin six à huit semaines après le début de la prise de la nouvelle formule.

Chaque jour, près de trois millions de Français prennent du Levothyrox pour soigner leur thyroïde défaillante. Le médicament est connu comme étant “à marge thérapeutique étroite”. En clair, l’équilibre du patient peut être sensible aux petites variations de la dose de médicament qui leur a été délivrée.

L’affaire a pris une tournure politique quand un sénateur français à interpeller la ministre de la santé.