DERNIERE MINUTE

Des sanctions internationales pour aider le Mali à se reconstruire

Juste après le vote à l'ONU, deux casque bleus de la Minusma ont été tués.

Vous lisez:

Des sanctions internationales pour aider le Mali à se reconstruire

Taille du texte Aa Aa

Après un été particulièrement violent au Mali, cessez-le-feu sens cesse ignoré, attaques meurtrières contre des Casques bleus chargés de faire respecter l’accord de paix de 2015, le conseil de sécurité des Nations unies, à la demande du gouvernement malien, a dit oui à la mise en place d’un régime de sanctions et d’un comité chargé d’identifier les individus ou entités fautives.
C’est la France et son ambassadeur François Delattre qui ont porté le texte :

La résolution que nous venons d’adopter, madame la présidente, met en place un régime de sanctions prenant la forme d’interdiction de voyager, et de gels d’avoirs, sur la base de critères de désignation conforme aux orientations définies par l’accord de paix, à savoir les violations du cessez-le-feu et l’obstruction à la mise en oeuvre de l’accord.

Hier, juste après ce vote, deux casque bleus de la Minusma ont été tués et deux autres blessés par l’explosion d’une mine au passage de leur véhicule dans le nord du pays. La force de l’ONU au Mali compte près de 14 000 personnes, dont 11 000 militaires. Plus de 80 ont été tuées, et un demi-millier blessées.

Le 23 août dernier, des groupes armés rivaux avaient renouvelés la trêve de 2015 à Bamako après des semaines de combats, espérant ainsi redynamiser l’accord de paix de 2015.
Mais la situation sécuritaire est instable, des trafics en tous genres se développent dans le centre te le sud du pays et l’arme malienne n’a guère les moyens de les neutraliser. L’Etat malien peine à faire fonctionner institutions et administrations.