DERNIERE MINUTE

La Catalogne va organiser son référendum d'autodétermination

Le scrutin devrait avoir lieu le 1er octobre. Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, le juge illégal et est déterminé à l'empêcher.

Vous lisez:

La Catalogne va organiser son référendum d'autodétermination

Taille du texte Aa Aa

La guerre juridique est désormais officiellement déclarée entre la Catalogne et le pouvoir central espagnol.

Les membres du gouvernement catalan ont signé ce mercredi soir à Barcelone la convocation d’un référendum d’autodétermination pour le 1er octobre.

Depuis leur arrivée au pouvoir il y a deux ans, les séparatistes ont promis de chercher à mener leur région à l’indépendance. Une région grande comme la Belgique, qui concentre 16% de la population espagnole et 20% du PIB du pays.

“Nous appelons les citoyens catalans à décider de l’avenir de la Catalogne. Ils devront choisir s’ils veulent continuer sur la voie de l’autonomie et d’un statut bridé ou s’ils veulent emprunter une nouvelle route menant à un Etat indépendant qui prendra la forme d’une république”, a déclaré Carles Puigdemont, le président de la région autonome de Catalogne.

Plus tôt dans la soirée, les députés de l’opposition ont boycotté le vote de la loi permettant l’organisation du scrutin. Ils ont quitté l’hémicycle en laissant côte à côte des drapeaux catalans et espagnols, avant qu’une parlementaire séparatiste ne fasse le ménage… et n’enlève les drapeaux espagnols.

Après avoir validé le texte par 72 voix pour et 11 abstentions, les députés indépendantistes ont fait entendre leur voix d’une autre manière, en chantant l’hymne de la Catalogne.

Les parlementaires de l’opposition dénoncent le déroulement du vote, survenu sans qu’ils aient la possibilité de proposer des amendements. La majorité indépendantiste au parlement avait, en effet, modifié l’ordre du jour de la séance, au dernier moment.
Pour l’opposition, la convocation du référendum est donc contraire à la loi.

“Dès demain [ndlr : jeudi], ces lois seront déjà de l’histoire ancienne parce que bien heureusement l’Espagne est un pays régi par le droit. C’est un pays dont les institutions démocratiques fonctionnent. Et de manière tout-à-fait démocratique et sur saisine du gouvernement central, la Cour constitutionnelle suspendra et déclarera nuls les textes votés et signés ce [mercredi] soir sur l’autodétermination”, assure Santiago Rodriguez, député du Parti Populaire catalan (conservateur).

Quelques heures seulement après le vote, la majorité indépendantiste a mis en ligne une vidéo qui annonce la tenue du référendum dans trois semaines. Le gouvernement de Mariano Rajoy a promis qu’il n’aurait pas lieu.

Plus de 70% des Catalans souhaiteraient une consultation qui réglerait la question.

Avec AFP.