DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Vatican mis en cause dans la mystérieuse affaire Emanuela Orlandi

Vous lisez:

Le Vatican mis en cause dans la mystérieuse affaire Emanuela Orlandi

Taille du texte Aa Aa

Enième rebondissement dans l’affaire Emanuela Orlandi, une adolescente disparue il y a maintenant 34 ans alors qu’elle vivait au Vatican. Selon le journaliste italien Emiliano Fittipaldi, un document jusqu‘à lors tenu secret montrerait que le Saint-Siège aurait dépensé près de 500 millions d’euros pour cacher la jeune fille dans des instituts religieux à Londres.

Ce document daté de 1997, qui serait signé de la main du cardinal Lorenzo Antonetti, toujours selon le journaliste, énumérerait toutes les dépenses engagées par le Vatican pour éloigner Emanuela, qui avait 15 ans lors de sa mystérieuse disparition le 22 juin 1983. Il n’a pas été authentifié et les autorités vaticanes le qualifient de “faux et ridicule”.

Le père d’Emanuela Orlandi travaillait à la préfecture de la Maison Pontificale quand l’affaire a éclaté. Depuis, toutes les théories, y compris les plus farfelues, ont été évoquées en Italie, impliquant tour à tour la Banque du Vatican, l’Etat italien, la mafia, les services secrets de plusieurs pays…

Luisida De Ieso, journaliste de la rédaction italienne d’Euronews, a interviewé Laura Sgrò, l’avocate de la famille Orlandi. Selon cette dernière, le document contient des informations qu’elle avait déjà; en juin dernier, elle les avait soumises au Secrétaire d’Etat du Vatican en demandant la réouverture du dossier.

“Évidemment, je ne peux pas vous dire qui nous a donné cette information, déclare l’avocate, mais comme je l’ai déjà dit en juin, lorsque j’ai présenté la motion au secrétaire d’Etat, il y avait quelques sources qui parlaient de documents administratifs concernant les dépenses effectuées par le Vatican jusqu’en 1997 “.

“Bien sûr, si c’est authentique, le scénario est dérangeant, poursuit-elle. Il parle d’Emanuela en vie jusqu’en 1997 au moins. Si le document n’est pas authentique, il est également dérangeant, car il a été trouvé dans le coffre-fort de la préfecture de la Maison Pontificale. Est-il faux ? Sûrement, quelqu’un l’a mis là-dedans exprès”.

“Nous voulons la vérité, conclut Laura Sgrò. Nous voulons des explications. Nous voulons rouvrir le dossier, nous voulons des vérifications sur l’authenticité de ce document. Il y a des indices, des lieux et des dates, il y a donc des éléments pour ouvrir à nouveau un dossier “.