DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Manifestations à l'extérieur de l'ONU

Des centaines de militants donnent de la voix devant le siège des Nations Unies

Vous lisez:

Manifestations à l'extérieur de l'ONU

Taille du texte Aa Aa

Devant le siège des Nations Unies, à New York, des citoyens et militants du monde entier tentent de faire entendre leur voix en marge des discours officiels. Ici une manifestation pour la démocratie en Afrique, les participants dénoncent la présence à l’assemblée générale de ceux qu’ils appellent des “dictateurs”.

“Nous manifestons car la plupart de nos pays, comme le Gabon, le Togo, le Congo, le Tchad et la République démocratique du Congo sont dirigés par des dictateurs, et ça nous rend malade, de voir que les Nations Unies nous manquent de respect en invitant ces personnes à parler sur des problèmes qu’ils ont eux-mêmes causé à leur pays”, explique Elvine Belinda Andjembe, de l’ONG CGR New York.

Non loin de là, des expatriés egyptiens, dont beaucoup de chrétiens coptes, manifestent contre le régime qatari accusé de soutenir le terrorisme et pour le régime du président egyptien al-Sissi, peu réputé pourtant pour son respect des droits de l’homme.

“Je suis ici pour soutenir le président Al-Sissi et mon pays l’Egypte, et pour protester contre le Qatar, car le Qatar soutient le terrorisme, avec son argent. Le terrorisme sans financement ne pourrait pas continuer”, dit ce manifestant. Tarek Salemen

Tous les ans, l’ONU tient une session ordinaire de son Assemblée générale. Une tribune pour les dirigeants du monde. En coulisses, l’occasion de centaines de réunions sur des problémtiques internationales.

“A l’intérieur du QG de l’ONU, on entend à peine les manifestations. L’agenda se poursuit avec un discours ce mercredi de Donald Tusk, le président du Conseil européen. Au programme aussi de cette semaine d’assemblée générale, une des réunions les plus attendues portera sur un Pacte mondial pour les migrations, un système promu par l’ONU pour réguler les migrations à une échelle internationale”, précise notre envoyée spéciale à New York, Michela Monte.