DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Macron veut booster le moteur franco-allemand

Vous lisez:

Macron veut booster le moteur franco-allemand

Taille du texte Aa Aa

Redonner un bon coup de manivelle à la machine franco-allemande. C’est l’ambition d’Emmanuel Macron. Le président français a de grands projets de réforme pour l’Europe. Et pour les mettre en place, il a misé gros sur la réélection d’Angela Merkel. Mais la victoire de la Chancelière n’est a pas été aussi écrasante qu’espéré. Qu‘à cela ne tienne, Macron veut croire que sa partenaire prendra ses responsabilités.

“Je sais que sa réponse ne sera ni le repli, ni la timidité”, assure Emmanuel Macron. “Je sais que comme à chaque fois que son pays a été face à des défis historiques, elle aura la même réaction: l’audace et le sens de l’histoire. Et c’est cela que je lui propose.”

Malgré de nombreuses protestations internes, Macron poursuit ses grands chantiers. Modernisations à l‘échelon national et réformes au niveau européen. Pour cette politologue, la tâche s’annonce compliquée mais pas impossible.

“Un atout du président Macron c’est bien sûr la présence des Verts au sein de la prochaine coalition allemande”, analyse la politologue Claire Dhéret du European Policy Centre. “Donc il va certainement essayer de capitaliser là-dessus. Mais il n’en reste pas moins que pour la chancelière ça va être très compliqué de faire émerger des consensus entre les partenaires de la coalition, entre les libéraux et les Verts”.

Une réforme des traités, un budget propre à la zone euro, un fond monétaire européen; autant de projets que le président français veut mener à bien avec le soutien de l’Allemagne.

“Je propose en premier lieu à l’Allemagne un partenariat nouveau”, a déclaré le président français. “Nous ne serons pas d’accord sur tout, ou pas tout de suite, mais nous discuterons de tout. A ceux qui disent que la tâche est impossible, je réponds: vous vous êtes habitués à la résignation. Pas moi!”

Un sommet informel doit se tenir ce jeudi à Tallinn pour discuter Brexit. Macron et Merkel seront de la partie. L’occasion de vérifier si le moteur franco-allemand a suffisamment de puissance pour réaliser ses ambitions européennes.