DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Tunisie, nouveau point de départ vers l'Europe

La traversée depuis la Libye étant plus longue et plus dangereuse, les passeurs se tournent de plus en plus vers la Tunisie

Vous lisez:

La Tunisie, nouveau point de départ vers l'Europe

Taille du texte Aa Aa

150 kilomètres à naviguer sur la Méditerranée. Cela peut sembler peu. Encore faut-il échapper aux garde-côtes tunisiens. Sur un bateau pneumatique arraisonné, 14 hommes. Ils voulaient rejoindre la Sicile.

« J’ai été arrêté, ils me renvoient en Tunisie. Mais je n’ai rien fait de mal. Je suis arrêté parce que je veux fuir, être libre, résoudre mes problèmes ! », explique l’un d’eux. « Je veux changer de vie. Je suis arrêté alors que je n’ai tué personne, je n’ai pas trafiqué de la drogue, je ne suis pas un terroriste. Qu’est-ce que j’ai fait ? Rien ! Rien ! Ils m’arrêtent parce que j’essayais illégalement de rejoindre l’Italie. »

Sur ce bateau, tous les candidats à l’exil sont Tunisiens. Ils sont de plus en plus nombreux à tenter leur chance. Le mois dernier, 1 400 d’entre eux ont rallié l’Europe. Plus de 700 ont été interceptés par les garde-côtes de leur pays.

« Toute la côte tunisienne est un point de départ potentiel », déclare le capitaine Hassen Rebhi. « Mais grâce à la technologie, nous concentrons nos efforts sur un passage maritime que chaque embarcation à destination de l’Italie doit emprunter. Ce passage est assez large mais notre couverture radar et nos observations visuelles nous permettent d’arrêter chaque bateau. »

La traversée depuis la Libye étant plus longue et plus dangereuse, les passeurs se tournent de plus en plus vers la Tunisie, dont les côtes sont moins éloignées du Vieux Continent.
Encore faut-il réussir la traversée. Depuis le début de l’année, plus de 2 700 migrants sont morts ou ont disparu en mer Méditerranée.