DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cop 23 : l'alerte des îles Fidji

Vous lisez:

Cop 23 : l'alerte des îles Fidji

Taille du texte Aa Aa

Les îles Fidji président la Cop 23, la conférence sur le climat qui se tient en ce moment à Bonn, en Allemagne. L’archipel du Pacifique doit faire face à un risque de montée des eaux et appelle le reste du monde à protéger les états insulaires face aux risques d’inondations et de cyclones. L’Etat consacre 10 % de son PIB à la prévention des catastrophes naturelles, soit quatre fois plus qu’il y a cinq ans.

“Malheureusement, il y a des pays qui portent un fardeau plus lourd en étant les premières victimes, en étant en première ligne face au changement climatique”, indique Aiyaz Sayed-Khaiyum, ministre de l’Economie des îles Fidji. “Nous devons donc être en mesure de leur fournir une forme d’aide en cas de besoin.”

L’Indonésie est en prise directe avec le changement climatique, qui modifie la physionomie de l’archipel. Pour le gouvernement de cet état insulaire, la protection des océans doit devenir une véritable priorité.

“Nous sommes un grand État archipel”, souligne Arif Havas-Oergoseno, ministre adjoint aux affaires maritimes d’Indonésie. “Nous ne sommes pas un pays en développement, mais à revenu intermédiaire. Nous avons commencé à développer les technologies, de l’information notamment, mais nous avons perdu près de 29 000 hectares de territoire dans de nombreuses provinces indonésiennes, en raison de la hausse du niveau de la mer.”

Les pourparlers de Bonn, qui devaient permettre définir les règles d’application de l’accord de Paris, ont été rattrapés par la question du retrait des Etats-Unis, annoncé en juin dernier par Donald Trump.