DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Election présidentielle au Chili : Pinera et Guillier en tête

Vous lisez:

Election présidentielle au Chili : Pinera et Guillier en tête

Taille du texte Aa Aa

L’ex-chef d’Etat de droite Sebastian Piñera arrivait en tête du premier tour de l‘élection présidentielle au Chili, avec 36,67% des voix, selon des résultats partiels annoncés dans la nuit de dimanche à lundi. Il devrait affronter le 17 décembre au second tour le candidat socialiste Alejandro Guillier, qui a obtenu 22,64% des voix d’après des résultats provisoires.

Les bureaux de vote ont fermé comme prévu à 18h00 locales (21h00 GMT), alors que 14,3 millions de Chiliens étaient appelés à voter pour départager huit candidats, dont six de centre-gauche. “Il est important que les gens viennent voter et exercer leur droit citoyen (pour exprimer ce qu’ils) veulent pour le Chili”, a déclaré la présidente sortante Michelle Bachelet après avoir déposé son bulletin dans l’urne à Santiago. Elle s’est gardée d‘émettre des pronostics sur la participation, tout en affirmant s’attendre à un second tour.

Le milliardaire Sebastian Piñera, 67 ans, parfois surnommé “le Berlusconi chilien” et qui a déjà occupé la présidence de 2010 à 2014, semble bien parti pour décrocher un nouveau mandat. “Nous les Chiliens allons prendre une décision qui va affecter nos vies pour des décennies”, a-t-il déclaré après avoir glissé son bulletin dans l’urne. “Je veux être le président de l’unité, de la classe moyenne, des enfants et des personnes âgées, des régions et du monde rural”, avait-il promis en fin de campagne. “L’histoire montrera que les bonnes décisions ont été prises”, a lancé pour sa part le sénateur Alejandro Guillier, 64 ans, qui s’inscrit dans les pas de Mme Bachelet, laquelle quitte la présidence avec seulement 23% d’opinions favorables. “Il faut du changement”, a confié à l’AFP Fernando Aravena, un électeur de 76 ans, devant un bureau de vote, sans dire qui il soutenait. A l’issue de son premier mandat, Sebastian Piñera n’avait pas pu se représenter dans la foulée, la loi chilienne interdisant deux mandats consécutifs.