DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Amsterdam : un nouveau visage pour le Père Fouettard

Après plusieurs années de polémiques, la capitale des Pays-Bas a décidé de changer l'apparence de son Père Fouettard qui accompagne chaque année Saint-Nicolas. Accusé de véhiculer une vision

Vous lisez:

Amsterdam : un nouveau visage pour le Père Fouettard

Taille du texte Aa Aa

Charis McGowan pour Euronews

Chaque année, le 5 décembre, les Néerlandais fêtent la Saint-Nicolas (ou Sinterklaas). Ce saint patron des enfants qui a inspiré la figure du Père Noël apporte traditionnellement, ce jour-là, des cadeaux aux enfants.

Les festivités commencent trois semaines avant cette date avec l’arrivée en bateau de Saint-Nicolas aux Pays-Bas. Il débarque d’Espagne accompagné de ses aides, les “Zwarte Piet” (“Pierre Noir”). D’après la tradition, les Piet sont des assistants maures de Saint-Nicolas. Ils ont la peau foncée. Espiègles par nature, ils dansent autour du Saint et lancent des friandises aux enfants. Ils portent généralement une boucle d’oreille en or, leurs visages sont peints en noir et ils sont représentés avec de grosses lèvres rouges. Cette représentation d’eux a conduit des groupes de militants à les qualifier de caricatures racistes.

Jusqu’au début des années 2010, les accusations de racisme n’ont pas eu beaucoup d’effets. Il aura fallu attendre les manifestations publiques de plusieurs groupes de militants comme “Zwarte Piet c’est du racisme” ou “Kick Out Zwarte Piet” (KOZP) pour que les choses changent. Pour eux, Piet est offensant et discriminatoire. Une vision loin d‘être partagée par les partisans du personnage qui rejettent toute accusation de racisme. Pour ces derniers, Piet est noir à cause de la suie de cheminée, c’est un personnage fantastique qui ressemble à un clown amusant pour les enfants.

Ces dernières années, le débat s’est intensifié et il a entraîné une condamnation internationale. Les Pays-Bas ont donc fini par reconnaître (lentement) que cette tradition était bien ancrée dans une rhétorique coloniale en lien avec le commerce des esclaves effectué il y a quelques siècles par la Hollande.

Cette année, les organisateurs officiels du défilé de bienvenue de Saint-Nicolas à Amsterdam ont tenté de résoudre le problème en modifiant l’apparence du personnage de Piet. “On ne pouvait pas se débarrasser de Piet. Saint-Nicolas et Piet fonctionnent ensemble, comme le Soleil et la Terre“, a expliqué Pam Evenhuis qui est le porte-parole des organisateurs. Avec la mairie d’Amsterdam, ils ont écouté les revendications des militants et décidé de transformer le personnage en “Chimney Piet” (“Pierre Cheminée”). Ce nouveau nom devrait renforcer l’idée que la noirceur de ce Père Fouettard provient de la suie de cheminée. “L‘été dernier, nous avons décidé d’acheter de nouvelles perruques avec des cheveux bruns et bouclés, et aussi de nouveaux costumes qui font penser à la noblesse européenne du XVIIe siècle“, a-t-il ajouté avant de préciser que “Comme Saint-Nicolas vient d’Espagne, on a pensé qu’on pourrait dire qu’il est inspiré de la noblesse espagnole.

La Haye et Amsterdam sont les seules villes des Pays-Bas à avoir remplacé officiellement “Pierre Noir” en “Pierre Cheminée”. Ailleurs dans le pays, certaines villes ont refusé de toucher au personnage en niant toute connotation de “Pierre” avec l’esclavage. Les militants de “Zwarte Piet c’est du racisme” et de “KOZP” ont donc décidé d’organiser des manifestations pacifiques lors des défilés. Rosa, une artiste de 26 ans qui est engagé dans le groupe, entend bien agir pour faire changer les mentalités : “Je vais manifester parce que l’image de Pierre Noir est très choquante et même malsaine vis-à-vis des personnes de couleur en général mais surtout pour les Afro-Néerlandais. C’est aussi blessant pour les Pays-Bas car ça fait stagner le lent débat sur le racisme dans notre pays.

Zwarte Piet (“Pierre Noir”) est un sujet brûlant aux Pays-Bas. Il a même entrainé des affrontements entre défenseurs et opposants au personnage, notamment dans la ville de Dokkum.

Le gouvernement néerlandais de son côté refuse de commenter et de trancher cette question.

Une grande partie de la population souhaite que ces célébrations restent centrées autour de la question des enfants et du partage. Mais la controverse sur la Saint-Nicolas risque de ne pas passer tant que la représentation du Père Fouettard restera entachée de préjugés raciaux.