DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Saad Hariri acclamé, la pression retombe au Liban

Saad Hariri à ses partisans : "Je reste avec vous, nous allons continuer ensemble afin de défendre le Liban".

Vous lisez:

Saad Hariri acclamé, la pression retombe au Liban

Taille du texte Aa Aa

C’est avec joie et enthousiasme que des milliers de partisans ont acclamé Saad Hariri devant son domicile hier à Beyrouth. Il s’est adressé directement à eux après avoir annoncé qu’il suspendait sa démission du poste de Premier ministre à la demande du président Michel Aoun.

Je reste avec vous, nous allons continuer ensemble afin de défendre le Liban, sa stabilité et l’identité arabe du Liban.

Hariri avait annoncé sa démission depuis Ryad, au début du mois. Son séjour s‘était prolongé et avait alimenté les spéculations sur une interdiction de voyage. Le président libanais avait même déclaré qu’il était retenu en otage, ce qu’Hariri avait nié.

C’est donc un soulagement pour ses fidèles :

Il apporte l’unité au peuple, chrétiens et musulmans. C’est une bonne personne et il va rendre le Liban meilleur…

Nous voulons Saad, nous ne voulons pas qu’il parte parce que nous l’aimons, parce qu’il est notre leader sunnite. S’il part, le Liban ira à la ruine. Nous ne voulons que Saad.

La démission de Saad Hariri a été interprétée comme un nouveau bras de fer entre les parrains régionaux des deux camps rivaux au Liban : l’Arabie saoudite qui soutient Hariri et l’Iran qui appuie le Hezbollah, parti pro-iranien très puissant au Liban.

La France s‘était posée en médiatrice. Et Saad Hariri avait quitté l’Arabie saoudite pour Paris le 18 novembre dernier, avant de se rendre au Caire, en Egypte, et à Chypre. Ce qui lui a permis d‘être à Beyrouth, le jour de la fête de l’Indépendance. Hariri appelle aujourd’hui au dialogue. La pression retombe au Liban, laissant ainsi la place aux négociations de coulisses.