DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jérusalem : la Maison Blanche assume la décision de Donald Trump

Vous lisez:

Jérusalem : la Maison Blanche assume la décision de Donald Trump

Jérusalem : la Maison Blanche assume la décision de Donald Trump
Taille du texte Aa Aa

Sa décision a provoqué un séisme sur la scène internationale. Si Donald Trump est apparu en public pour commémorer l'attaque de Pearl Harbor, pas de commentaire en revanche sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, malgré les critiques qui se sont multipliées à son encontre depuis deux jours.

Sa garde rapprochée défend sa posture, et soutient qu'aucun autre pays ne s'apprête à emboîter le pas aux Etats-Unis.

"C'est un dossier dans lequel le Président a pris une mesure concrète", explique Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de la Maison Blanche. "C'est un acte très courageux et audacieux sur une question qui a fait l'objet de nombreux votes au congrès américain, par le passé. Nous sommes plus que jamais engagés dans le processus de paix et nous voulons continuer d'aller de l'avant dans ces discussions, et nous espérons que l'objectif à terme de toutes les parties est de parvenir à un accord de paix. C'est une chose à laquelle les États-Unis sont très attachés".

"Ici, de nombreux hauts responsables politiques affirment que le Président a toujours eu l'intention de prendre cette décision", indique Ali Vitali, journaliste pour NBC. "La question n'était pas de savoir s'il allait faire, mais quand. Bien sûr que les réactions sont vives, sur place, de nombreux dirigeants de pays arabes estiment que ce geste pourrait mettre en péril le processus de paix. Mais les responsables de la Maison Blanche affirment que le maintien de l'ambassade américaine à Tel Aviv n'a en rien contribué à le faire avancer jusqu'à présent. Je pense qu'ils tentent surtout de bousculer les négociations en déplaçant l'ambassade, pour voir si cela peut stimuler le processus. Cette mesure peut compliquer les discussions à court terme, mais des conseillers expérimentés s'accordent à dire qu'elle arrive à un moment opportun. Pendant ce temps, à Washington, l'enquête sur l'ingérence russe se poursuit. Et cela pourrait être à l'origine de ce geste, affirment certains, ici. Mais la Maison Blanche soutient qu'il résulte d'un processus institutionnel entamé il y a déjà plusieurs semaines".