DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Netanyahu à Paris et Bruxelles pour défendre le choix de Jérusalem comme capitale d'Israël

Le Premier ministre israélien Netanyahu rencontre dimanche à Paris le chef de l'Etat français Macron dans un contexte délicat, après la décision du président américain Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Vous lisez:

Netanyahu à Paris et Bruxelles pour défendre le choix de Jérusalem comme capitale d'Israël

Taille du texte Aa Aa

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi 9 décembre 2017 à Paris, Marseille, Lyon et Lille contre la venue en France, dimanche, du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu. Elles reprochent au président français Emmanuel Macron de le recevoir après avoir dénoncé la décision des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Elles qualifient sa position "d'hypocrite".

Point of view

"J'entends des voix en Europe condamner la déclaration historique du président Trump sur Jérusalem, mais pas de condamnations lorsque des roquettes tombent sur notre territoire."

Benyamin Netanyahu Premier ministre israélien

"J'entends des voix en Europe condamner la déclaration historique du président Trump, a commenté Benyamin Netanyahu, avant son départ pour l'Europe. Mais je n'entends pas de condamnations lorsque des roquettes tombent sur notre territoire ou que des appels à attaquer notre pays sont lancés. Je n'accepte pas cette hypocrisie et je présenterai (lundi, ndlr) aux ministres des Affaires étrangères européens réunis à Bruxelles la vérité d'Israël, sans crainte et avec la tête haute."

Sur tous les fronts, Benyamin Netanyahu doit aussi faire face à une situation politique intérieure délicate. Environ 10 000 personnes ont manifesté samedi à Tel Aviv, aux cris cette fois de "Netanyahu = corruption". Le Premier ministre israélien fait l'objet de deux enquêtes, sur des cadeaux reçus de riches personnalités et sur un accord secret qu'il aurait tenté de conclure avec un quotidien populaire pour une couverture électorale favorable. Des affaires susceptibles de le conduire à la démission ou à l'organisation d'élections anticipées.